Franck Nicolas, dirigeant de l’institut Agora Leaders est coach en progression personnelle. Il explique que le charisme, cette capacité à convaincre autrui, c’est l’injustice par excellence.

« Certaines personnes n’ont pas besoin de l’apprendre, c’est en elles depuis l’enfance », dit-il.

En clair, vous avez imité vos parents quand vous étiez petit et gardé cette faculté toute votre vie. Si ce n’est pas le cas, ne perdez pas espoir car vous pouvez quand même devenir charismatique. Le charisme, voyez-vous n'est pas de l’ordre du divin. Il existe des techniques d’apprentissage bien rodées, estime Frank Nicolas.

Ce coach les a testées sur des avocats, « même chevronnés », ou sur des plus jeunes, souvent au moment d’être présentés à l’association quand les pairs jugent que « la personne ne rayonne pas assez » ou lui reprochent une « certaine timidité ». Il poursuit « un avocat, même fin juriste, replié sur lui-même, ça fait fuir les clients ».

Charisme 101 en cinq étapes

Pour développer le charisme d’une personne, ce coach propose une approche en cinq étapes.

Première étape : Développer son influence. Apprendre à maîtriser la communication verbale et non-verbale pour savoir exprimer son propos. « Je demande aux avocats de m’exposer un cas, après quoi, je leur révèle ce que j’en ai compris. Le plus souvent, c’est le contraire de ce qu’ils espèrent. Imaginez l’effet sur un juge ! »

Deuxième étape : Connaître son potentiel et alimenter sa confiance en soi. Ici, il est bon de se remémorer l’ensemble de ses réussites antérieures.

Troisième étape : Apprendre à entrer en connexion avec les autres. Le charisme c’est aussi faire comprendre à l’autre que l’on peut l’aider à progresser. Il faut donc être capable d’écouter plus qu’on ne parle. « Je rappelle toujours aux avocats qu’ils ont deux oreilles pour une seule bouche », dit Frank Nicolas.

Quatrième étape : Faire le tri dans ses priorités et se discipliner. Des personnes avec un bon potentiel charismatique peuvent « se perdre en chemin », si elles ne sont pas ordonnées.

Cinquième étape : Créer la confiance. Apprendre à faire passer ses émotions et s’autoriser à les exprimer.

Au fait, bons élèves les avocats ? « Pour parler oui, pour écouter, on en reparle. »