L’avocat qui représente la FAE est Me Rémi Bourget. Photos : Site Web de la FAE et archives
L’avocat qui représente la FAE est Me Rémi Bourget. Photos : Site Web de la FAE et archives
La FAE s’appuie sur une promesse faite par le ministre de la Santé, Christian Dubé, au début du mois d’août : un mécanisme de dépistage accéléré de la COVID-19 serait mis en place dans le réseau scolaire… Le syndicat déplore que près d’un mois plus tard, il n’a aucune preuve qu’un tel système existe.

« Pour des raisons de santé évidentes », la FAE s’adressera à la Cour supérieure du Québec au cours des prochains jours. Elle souhaite que le gouvernement mette en place ce système de dépistage et « qu’il fournisse tous les documents relatifs au plan sanitaire qui s’applique dans le réseau scolaire, notamment les données en lien avec les cas d’infection », a fait savoir le syndicat par communiqué.

L’avocat qui représente la FAE est Me Rémi Bourget, de chez Gattuso.

Le syndicat rappelle que depuis la rentrée, au cours des derniers jours, plusieurs élèves et membres du personnel ont été touchés dans différentes écoles.

« Cette situation risque de priver non seulement les élèves de l’enseignement auquel ils ont droit, mais aussi de créer un effet domino dans les établissements scolaires, notamment en raison des mises en quarantaine d’enseignantes et d’enseignants et/ou d’élèves », fait valoir la FAE.

Elle rappelle que le réseau scolaire québécois doit déjà composer avec une pénurie croissante de personnel, depuis de nombreuses années.