Me Audrey Roy-Cloutier change de métier… mais pas d’employeur! Photo : Twitter
Me Audrey Roy-Cloutier change de métier… mais pas d’employeur! Photo : Twitter
Après 13 ans comme procureure de la couronne, dont 10 en Beauce, Me Audrey Roy-Cloutier change de métier… mais pas d’employeur!

Le Barreau 2007 entrait mercredi en fonction en tant que toute nouvelle porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

L’avocate laisse ses premières amours du droit criminel, mais pas vraiment, au fond! Me Roy-Cloutier a toujours aimé renseigner les témoins et les victimes qui sont dans le processus judiciaire, informe-t-elle dans une entrevue mise en ligne par le DPCP mercredi.

« J’ai vu l’opportunité (...) de pouvoir faire ce travail-là, que je faisais avec les gens directement, (...) mais d’y aller à plus grande échelle », indique la procureure.

« Je mentirais si je disais que je n’ai pas un pincement au coeur en pensant à mon départ imminent, souligne Me Audrey Roy-Cloutier. Mais c’est par choix, c’est pour de nouveaux défis, c’est ma décision quand même d’avoir postulé et ultimement de devenir porte-parole! »

Procureure de la Couronne depuis son Barreau, Me Roy-Cloutier en a vu des dossiers : des crimes à caractère sexuel, de la maltraitance envers les enfants, des dossiers de capacité affaiblie causant la mort, des stupéfiants...

« Le droit criminel, pour moi c’est quelque chose qui vient vraiment toucher nos valeurs, témoigne la nouvelle porte-parole. L’intérêt, le désir de justice au sens très large, de représenter la collectivité, c’est quelque chose qui venait vraiment me chercher, quelque chose qui me valorisait beaucoup. »

Même si Me Roy-Cloutier n’aura jamais la prétention qu’elle a « fait le tour du jardin » en droit criminel, elle croit au système judiciaire. « Il n’est pas parfait, mais il fonctionne. »

Son rôle sera maintenant de faire valoir le rôle des procureurs, ses anciens collègues, à la population et de « représenter le travail colossal qui est fait partout au Québec ».

Pas si différent de son ancien rôle, comme elle le dit si bien :

« Plutôt que d'informer la Cour, ce sera d’informer la population! »