Le directeur du développement de Legal Suite Baptiste Armaignac. Photos : Site Web de Secib et LinkedIn
Le directeur du développement de Legal Suite Baptiste Armaignac. Photos : Site Web de Secib et LinkedIn
LegalSuite lançait en pleine pandémie sa Secib, un logiciel d’automatisation juridique pour les cabinets et avocats.

« Évidemment, ce n’était pas forcément la meilleure période pour lancer l’appli », rigole le directeur du développement de Legal Suite Baptiste Armaignac.

On n’est pas d’accord!

Secib ne pourrait tomber plus à point quand on pense au télétravail des avocats, et à la rentabilisation de leur temps qui passe forcément par l’automatisation de tout ce qui peut s’automatiser.

Et c’est ce que permet Secib, et le tout avec une interface « user friendly », glisse M. Armaignac.

Déjà, la facturation...

D’abord, la plateforme permet la gestion de tous les dossiers, documents et contacts du cabinet, et ce même sur un téléphone intelligent. Pratique au palais de justice!

Secib s’intègre en outre à la suite Office (et son Outlook), ce qui permet une parfaite synchronisation pour rattacher et glisser/déposer des courriels et pièces jointes au dossier Secib de votre choix.

Pensons aussi à la facturation, « un peu le nerf de la guerre », comme le dit si bien M. Armaignac. Secib permet un paramétrage précis de votre système de facturation en incluant des fonctions de relance des factures impayées automatisées par courriel, de saisie des temps et de personnalisation des barèmes et taux applicables à chaque profil et/ou tâche.

Vous voulez envoyer des factures une fois par mois pour toute la clientèle? C’est prévu, et c’est simple. Un outil indépendant de gestion du temps est même inclus dans Secib.

Ce n’est pas tout : Secib peut gérer la prise de rendez-vous de vos clients sur votre propre site web, gérer les calendriers, et filtrer toutes vos tâches.

Éprouvé en Europe, adapté au Québec

Et est-ce que ça fonctionne bien? Le logiciel est déjà utilisé par 3000 cabinets et 50 000 avocats en Europe. En fait, il existe depuis une trentaine d’années!

La plateforme a été parfaitement adaptée aux particularités québécoises et son code civil, un travail qui a pris plus de deux ans.

Secib est également hébergé au Québec, parce que la cybersécurité, c’est essentiel en droit.

« On a très conscience de l’importance de la confidentialité, expose M. Armaignac. Nous avons travaillé en amont d'un point de vue technique au Québec pour offrir une solution sécuritaire. »

Effectivement, une version du logiciel est déjà utilisée depuis 2006 au Québec par les avocats en entreprise privée. Testé et approuvé, comme on dit.

Maintenant, Secib s’adresse directement aux cabinets, qui répondent à l’appel avec enthousiasme. Une dizaine d’entre eux sont déjà des clients, et pas les plus petits.

Combien ça leur coûte? Par utilisateur, par mois : 69 $, et ce, pour avoir accès à toutes les fonctions de la plateforme.

« On a voulu proposer un prix unique pour l'accès à l’ensemble des fonctionnalités de la plateforme », indique le directeur du développement.

Allez jeter un coup d’oeil à leur site web pour vous faire une idée.