Photo : Shutterstock
Photo : Shutterstock
« Je pense qu’il y a une croyance inconsciente qui veut que l'argent compense la douleur émotionnelle. C'est profondément ancré dans notre industrie », a déclaré le consultant et ancien avocat plaidant Jarrett Green au journal American lawyer magazine.

Ainsi, de nombreux avocats de gros cabinets seront ravis de savoir qu'ils vont recevoir des milliers de dollars sous forme de primes cet automne.

Aux États-Unis, certains avocats de gros cabinet recevront une prime de 10 000 $ s’ils ont facturé moins de 1800 heures, 50 000 $ s’ils ont facturé au moins 2600 heures. Ainsi, obtenir une prime peut contribuer à atténuer un certain sentiment d’anxiété, en donnant aux avocats « un sentiment de sécurité » et un certain espoir de stabilité future dans un monde incertain.

Mais dans certains cabinets, des doutes subsistent, surtout pour les plus jeunes. Même les avocats qui pratiquent depuis de nombreuses années et qui ont un salaire confortable, se posent parfois la question du « et si? », indique M. Green.

Comment les cabinets peuvent-il alors montrer leur reconnaissance autrement?

Il existe de nombreuses façons de montrer son appréciation pour les avocats : la possibilité d’un meilleur développement professionnel, un encadrement, un mentorat et une formation, un travail intéressant et des missions plus vastes, une plus grande flexibilité, des possibilités de leadership interne et une reconnaissance interne et externe, pour n'en citer que quelques-unes.

M. Green est d'accord, ajoutant que la transparence, si elle est possible, contribue également à apaiser l'incertitude induite par la pandémie.

D’après lui, oui verser des primes pour souligner le bon travail des avocats est une tradition dans l’industrie, mais il est possible de trouver d’autres moyens qui ne seront pas monétaires. Avoir une meilleure qualité de vie vaut parfois plus que des milliers de dollars.