Me Julie Couture de Couture avocats inc.
Me Julie Couture de Couture avocats inc.
L'avocate criminaliste Julie Couture s'apprête à sortir son premier livre destiné principalement à tous ceux qui souhaitent se représenter seul devant un juge. Droit-inc lui a parlé.

Droit-inc : Quand avez-vous eu l'idée de ce livre?

Julie Couture : Lorsque l'arrêt Jordan est sorti, le jugement expliquait que les officiers de justice ont une part de responsabilité dans les délais. On nous avait aussi expliqué que les gens qui se représentent seul ralentissent également le processus. Je me suis demandé comment moi, en tant qu'avocate, je pouvais réduire ces délais. J'ai alors eu l'idée d'offrir des conférences gratuites pour aider les gens qui décident de se représenter eux-mêmes. La cour avait validé ces conférences, mais finalement, c'est au niveau du CA du Barreau Laurentides Lanaudière que ça n'a pas fonctionné. L'idée ne faisait pas l'unanimité. Alors j'ai eu l'idée d'écrire ce livre pour aider tous ces gens.

Droit-inc : L'arrêt Jordan date de 2016... l'écriture vous a pris du temps?

Julie Couture : J'ai dû mettre le livre en pause, car j'ai un enfant aux besoins particuliers. Puis j'ai recommencé en écrivant un chapitre à la fois. Cela me prenait 3h par semaine pour rédiger, en plus de ma pratique en droit criminel. Je me suis fixée comme objectif de le terminer le 30 octobre 2020 au plus tard pour ne pas procrastiner.

Droit-inc : Qu'est-ce qu'on pourra y trouver?

Julie Couture : Je parle des interrogatoires, des contre interrogatoires, des ordonnances que les juges peuvent rendre, des experts, de la plaidoirie, mais aussi de la nécessité de prendre des notes, des technicalités d'usage, du role et son fonctionnement. J’y aborde les règles à suivre à la Cour, les procédures judiciaires, les différents moyens de défense et de très nombreux autres sujets touchant au droit criminel et pénal.

Droit-inc : Qu'est-ce qui a été le plus difficile dans la rédaction du livre?

Julie Couture : De ne pas pouvoir arrêter le temps pour prendre un moment pour rédiger. Je mène une vie trépidante avec plein d'imprévus. D'ailleurs j'ai dû m'arrêter un peu en juin à cause de la COVID, car je me demandais si mon livre aurait toujours une utilité. Toutefois, j'avais déjà appris à vulgariser lorsque j'écrivais pour le Journal de Montréal.

Droit-inc: Avez-vous reçu un peu d'aide?

Julie Couture : Mon équipe m'a aidée, à savoir Me Frédérique Lambert notamment et Martine Larivière, notre adjointe juridique.

Droit-inc : Des frustrations?

Julie Couture : Le livre ne pourra jamais remplacer un avocat et je ne pouvais pas traiter de tout. Un moment, il faut aller à l'essentiel.

Droit-inc : Est-ce que ça vous a donné envie d'en écrire un autre?

Julie Couture : Vraiment ! J'ai vraiment eu la piqûre de l'écriture. J'aimerais en écrire un deuxième, toujours destiné à la population. Écrire un livre, ça laisse une trace, c'est un héritage pour mes enfants. Puis je veux vraiment aider les contribuables pour qu'ils puissent avoir un meilleur accès à la justice. Beaucoup de gens sont aussi passionnés par le droit criminel donc peut-être que ça va les intéresser. C'est un livre que j'aurais aimé avoir quand j'ai commencé.

Droit-inc : Pourquoi c'est important pour vous de vulgariser le droit comme vous le faites dans vos chroniques et sur votre blogue?

Julie Couture : Car je veux que le droit soit accessible, qu'on améliore l'accès à la justice. Se représenter seul est un droit fondamental, mais il n'y a pas d'information à ce niveau là.

D'ailleurs, le juge Jacques R. Fournier, juge en chef de la Cour supérieure, mentionnait lors de la rentrée judiciaire 2020 que la non-représentation a un coût important. Il demandait que les seuils d’admissibilités soient revus, afin de permettre à davantage de justiciables d’avoir accès à un avocat compétent.