Jean Charest estime que le plus gros problème du Québec est de devoir faire tenir le système de santé.
Jean Charest estime que le plus gros problème du Québec est de devoir faire tenir le système de santé.
Dans cette entrevue publiée lundi sur Bloomberg, Jean Charest estime que le plus gros problème du Québec est de devoir faire tenir le système de santé qui est débordé par le nombre grandissant de cas positifs.

Malgré la mise en place de différentes mesures censées endiguer la propagation de la pandémie, « les humains restent des humains », ajoute-t-il. Selon lui, la mise en place d’un couvre-feu est une bonne décision prise par le gouvernement, même si « ce n’est pas dans notre culture ». Il s’agit là d’un « signal puissant », a-t-il encore dit.

« Je pense que ça va marcher. J’espère que ça va marcher », a-t-il lancé en estimant que cette mesure risque fort d’être reprise par d’autres provinces.

Selon lui, il s’agit pour le gouvernement de « remotiver » les gens, qui, lassés, se sont un peu relâchés ces derniers mois.

L’avocat est également revenu sur les conséquences de la pandémie sur l’économie en général. Il pense que l’année 2021 sera plus prospère, surtout grâce à l’arrivée des vaccins.

Cette crise sera aussi l’occasion d’après lui, pour mieux anticiper de nouvelles pandémies, car pour le moment, il estime que le Canada a encore du mal à voir sur le long terme.