En Hausse


Me Guy Lefebvre

Ou comment joindre l'utile au très agréable...

En effet, le très actif vice-doyen aux développements et aux études supérieures de la faculté de droit de l'Université de Montréal, Me Guy Lefebvre, organise avec la collaboration de Me Linda Giroux, la première école d'été pour les avocats en Chine du 25 juin au 10 juillet 2011.

Pour Me Lefebvre, le programme en Chine proposé par la fac de droit de l'UDM en formation continue ou en formation initiale d'un an ou deux, s'inscrit dans la vision plus globale de la faculté, en tant que telle.

" Nous développons nos programmes en symbiose avec les demandes du marché, en offrant par exemple des cours de droit des pays où les sociétés canadiennes œuvrent de plus en plus, mais aussi en proposant des programmes multidisciplinaires en droit et en affaires."

Pour revenir au cours d'été en Chine, non seulement vous pourrez suivre 30 heures de formation continue d'un coup en l'espace de deux semaines (et être tranquille pendant 2 ans), mais vous pourrez aussi vous initier aux rudiments du droit des affaires en Chine (passionnant, surtout en matière de propriété intellectuelle, un domaine qui a connu un boom extraordinaire en l'espace de dix ans), tout en effectuant des visites professionnelles et bien sûr culturelles.

Trois villes sont ainsi au programme : Beijing, Shanghai et Xi’an. Le prix pour la formation continue est, ma foi, très raisonnable puisque pour moins de 4000 $, vous aurez des cours, un hébergement à l'hôtel, certains repas et les visites. Si on comparez ça au prix d'une formation continue de 30 heures à Montréal ?

Les cours sont dispensés en collaboration avec deux universités chinoises réputées, notamment la China University of Political Science and Law.

Bravo pour ce genre d'initiative qui permet aux avocats d'ici de connaître le droit pratiqué ailleurs (en l'occurrence ici l'important marché chinois) mais aussi de nous cultiver un peu (et certains en ont drôlement besoin... Je suis gentille, je me retiens, je ne citerai personne).

Bien que je sois allée plus de 28 fois en Chine pour le boulot, je sens à nouveau que je ne pourrais pas y résister. Que voulez-vous, La Chine et moi, c'est une belle histoire d'amour. Que dis-je, c'est une passion !


Pour télécharger le programme : http://www.droit.umontreal.ca/documents/Programme18-01-2011%20_2_.pdf


En baisse


Un ex de Lavery

L'ex-Me Jean Pomminville qui s'était fait taper dessus par le conseil de l'ordre, vient de se faire rabrouer par le Tribunal des Professions du Québec. Une histoire d'appropriation illégale de fonds, de 181 100 $ plus précisément.

En plus de cela et d'autres omissions, le syndic reprochait à Pomminville des fausses déclarations faites à son client et ami, relatives à son éventuelle radiation du tableau de l’ordre en cas de cession de biens, et à celles faites à l’avocat gestionnaire au cabinet Lavery de Billy, Me Dolan, quant à l’utilisation de ces sommes, entre autres.

Plusieurs motifs d'appel donc, mais une question me semble particulièrement intéressante : le Conseil était-il compétent pour poursuivre l’instruction de la plainte après le départ d’un membre ?

Pour le Tribunal des Professions, la réponse est : oui. De plus, le Conseil pouvait également ordonner la publication d’un avis, même si Pomminville n’était plus membre de l’Ordre. C'est Me Jean-Claude Hébert qui le représentait devant le plus haut tribunal de la Belle Province.


Pour consulter la décision de la cour, cliquer ici.