Je suis très reconnaissant d’avoir eu l’opportunité de prendre part à un tel exercice. En effet, ce n’est pas à tous les jours qu’un avocat pratiquant dans un grand cabinet à Montréal a la chance de côtoyer des membres des FC, de travailler à l’extérieur d’un édifice à bureaux pendant une semaine, et de vivre au sein de la Nation Crie de Wemindji (dans la région de la Baie-James).

Plus jeune, j’écoutais souvent la série télévisée « JAG ». Je profite de cette occasion pour dissiper certains mythes véhiculés par cette populaire série américaine. En effet, dans leurs temps libres, les JAG canadiens ne pilotent pas des avions de chasse, ne sont pas des agents secrets et ne se portent pas au secours des femmes et des enfants en détresse! Les principaux personnages de la série télévisée faisaient tout cela, vêtus, curieusement, d’uniformes particulièrement ajustés. En réalité, la plupart du temps, les JAG se concentrent sur du travail de nature juridique et portent des uniformes plutôt amples!

Gabriel Granatstein, à gauche sur la photo
Gabriel Granatstein, à gauche sur la photo
J’ai le privilège de travailler à la fois pour Ogilvy Renault et pour la Réserve des FC à titre de Capitaine au sein de la branche JAG. Le cabinet a toujours appuyé les FC et m’a encouragé à participer à l’exercice Guerrier Nordique, même si je devais m’absenter du travail pendant une semaine. De plus, Ogilvy Renault appuie mon service à temps partiel au sein de la Réserve pendant l’année. Bien que pas aussi excitantes (ou irréalistes) que dans la série télévisée américaine, mes fonctions de JAG durant cet exercice furent très intéressantes.

L’exercice a eu lieu dans les environs des villes de La Grande, Radisson, Chisasibi et Wedmindji dans la région de la Baie James dans le Nord du Québec. Plus de 1500 membres réguliers et réservistes des FC ont pris part à l’exercice qui s’est échelonné sur un mois. Notre équipe juridique, dirigée par le Major Laura D’Urbano, était composée des Capitaines Nadine Déry, Marie-Julie Côté, Maureen Pecknold (réserviste et procureure de la couronne de l’Ontario) et de moi-même. Nous devions nous pencher sur des scénarios fictifs ainsi que sur des problèmes réels impliquant du personnel militaire.

Tout d’abord, il est important de noter que les FC servent de soutien aux autorités civiles lorsque celles-ci doivent composer avec des situations potentiellement difficiles et imprévisibles, par exemple, lors des Jeux Olympiques de 2010 à Vancouver. Par conséquent, les FC doivent s’entraîner pour faire face à de tels événements. L’exercice Guerrier Nordique était axé sur la simulation d’un sommet international et les questions de sécurité entourant un tel événement (pensez à la rencontre récente du G8 à Ottawa). Les soldats ont pris part à plusieurs exercices simulés au cours desquels ils devaient assurer la sécurité des participants au sommet et effectuer des exercices de type « recherche et sauvetage ».

Image
Pendant ce temps, les JAG s’occupaient de l’élaboration des paramètres juridiques de l’exercice, de la rédaction et de l’enseignement des règles d’engagement et de la rédaction des ordres donnés aux soldats. Par exemple, nous avons aidé à conseiller des commandants sur comment légalement utiliser leurs soldats sur le territoire canadien et leur avons expliqué les différentes lois qui s’appliquent aux FC au Canada, par opposition aux opérations à l’étranger. Nous les avons avisés sur des questions concrètes, y compris quoi faire s’ils endommagent accidentellement des biens de la population civile, sur la responsabilité juridique des FC, les mesures disciplinaires à l’égard de leurs soldats, et le droit criminel et contractuel.

Malgré le très bon souvenir que je garde de ma semaine, je dois faire état de nos conditions de travail qui n’étaient pas ce à quoi j’étais habitué en tant qu’avocat pratiquant au sein d’un grand cabinet! J’ai dormi dans un champs, dans une tente faite en bois, recouverte de bâches et chauffée par un petit poêle à bois. Nous n’avions ni toilettes, ni douches, ni eau courante. Nos repas consistaient en des portions individuelles, emballées sous-vide (« Individual Meal Packets »), destinées à usage militaire et chauffées sur des poêles Coleman. La température extérieure se situait entre -20 et -45 degrés Celsius. Comme il est de coutume dans l’armée, ceux d’entre nous occupant des postes de commandement devaient se raser à tous les jours. Peu importe le durée de votre carrière au sein de l’armée, se raser à l’extérieur lorsqu’il fait -45 degrés n’est jamais une expérience agréable!

Bref, ce fut une semaine fascinante. Dans ma vie quotidienne, la grande majorité de mon temps est consacrée à mes fonctions d’avocat en droit du travail et de l’emploi pratiquant au sein d’un grand cabinet du centre-ville de Montréal. Bien que j’adore mon travail, mes fonctions de JAG et la participation à des exercices de ce genre me permettent de sortir des sentiers battus, de toucher à différents types de droit, de servir mon pays et de changer d’air.

Malheureusement, je n’ai pas eu la chance de piloter un avion de chasse… mais je garde espoir!


Biographie

Admis au barreau en 2009, Gabriel Granatstein est avocat chez Ogilvy Renault à Montréal, en droit de l'emploi et du travail. Avant de se joindre au cabinet, il a été officier au sein des Forces canadiennes et a notamment été affecté au maintien de la paix en Bosnie. Il demeure membre de la Réserve. Me Granatstein tient un blogue sur le droit du travail au Québec et est également présent sur Twitter.
Diplômé en droit de l’Université de Montréal (LL.B.), il a auparavant obtenu un baccalauréat en science politique à McGill (B.A.).