L'émission est inspirée des séries à succès américaines, où deux parties se confrontent en face des caméras devant un juge au style fort coloré.

«Mais on n’ira pas aussi loin que les Américains. Pas question de verser dans le freak show et le plaisir sadique pour augmenter la cote d’écoute. On peut être divertissant sans être offensant», précisait le mois dernier Anne-France Goldwater, choisie après audition pour assumer le rôle de l’arbitre.

L’émission prendra l’allure d’une cour des petites créances.

Un demandeur et un défendeur viendront débattre leur différend devant un arbitre qui servira d’office de juge en rendant sa décision sur le banc.

Si la nouvelle série hebdomadaire connaît le succès escompté, elle pourrait se transformer en quotidienne. L’émission durera une demi-heure et sera préenregistrée devant public dans un studio de Montréal.

Comme on veut traiter en moyenne deux cas par émission, un montage sera présenté au petit écran, «mais l’arbitre disposera de tous les éléments de preuve», insiste Anne-France Goldwater.

Ça commence ce soir à 19h. En attendant, je vous propose ce petit teaser.

Le lecteur Flash n'est pas disponible.


Qu'en pensez-vous?



Comment ça marche?

- Les deux parties confrontées devront signer une entente selon laquelle l’arbitrage est final et sans appel.

- Le demandeur et le défendeur recevront 100$ pour leur participation.

-Le dédommagement imposé par l’arbitre — jusqu’à une limite de 7000$ — sera défrayé par le producteur de l’émission.

- Inscriptions sur le site vtele.ca.

Avec l’Agence QMI

À lire également: Anne-France Goldwater: attention à l'arbitre!