Déjà reconnu coupable d’une fraude de 11 millions $ au civil, Jaques Matte a donc fait face à des accusations criminelles de gangstérisme, de fraude, de recel, de recyclage des produits de la criminalité, de fabrication de faux, d’usage de faux et de complot.

Entre 1996 et 2009, les suspects impliqués auraient escroqué le fisc pour plus de 12 millions $, de l’argent qui était lié aux activités de prêts de la Société financière Speedo, détenue par le chef présumé du réseau, Ronald Chicoine. Les suspects auraient agi en créant des compagnies coquilles à l’étranger.

Ronald Chicoine, la tête pensante présumée du réseau
Ronald Chicoine, la tête pensante présumée du réseau
La Couronne ne s’est pas opposée à sa remise en liberté, mais l’ex-avocat devra respecter de strictes conditions. L’homme de 61 ans devra verser un dépôt de 25 000 $, en plus de devoir prendre une hypothèque judiciaire de 75 000 $ sur son condominium de l’Île des Sœurs. Jacques Matte ne pourra donc pas déménager, à moins d’avoir une autorisation préalable.

Il s’est également vu interdire de quitter le Canada, et devra remettre son passeport d’ici les deux prochains jours. Il lui sera aussi interdit de communiquer avec toute personne en lien avec la Société financière Speedo ainsi qu’avec ses présumés complices, dont Ronald Chicoine, Serge Perrier et André Ronald Comeau. Un mandat d’arrestation a été lancé contre ces deux derniers individus.

Enfin, il devra se présenter au quartier général de la Sûreté du Québec pour y faire enregistrer ses empreintes digitales.

Il devrait être de retour en cour le 30 avril prochain.