Que va-t-il se passer à la fin de l’été ? Vais-je être embauché à l’issue de mon stage ?

Plutôt que de vous poser ces questions, explique l’ancien avocat Grover E. Cleveland sur The Careerist, agissez de façon à connaître déjà les réponses.

En bref, ayez une longueur d’avance.

Avez-vous mené à bien les projets de votre supérieur ? Affichiez-vous une mine enthousiaste face à vos collègues de bureau ? Avez-vous fait preuve d’initiative ?

Voilà les quelques questions dont vont débattre les avocats au terme de l’été.

Que faire et ne pas faire ?

1. La bonne réponse

Pour un nouveau projet, trouvez cinq éléments. Cinq, c’est simple. Plus, c’est encore mieux.
  • Le client et le numéro de facturation;
  • l’exact problème que vous serez amené à résoudre;
  • le temps que votre supérieur estime que vous allez passer sur le projet;
  • la manière dont il souhaite que vous présentiez l’information;
  • la date limite.

2. Le bon investissement

Avoir la bonne attitude, c’est prendre le travail au sérieux et travailler dur. Ne perdez pas de vue que votre emploi d’été n’a rien d’une colonie de vacances.

En tant que membre à part entière de l’équipe, on attend de vous sérieux et enthousiasme. Votre travail doit être utile, achevé dans un délai raisonnable, au coût adéquat aux attentes du client.

Il faut agir de façon à avoir les réponses et avoir une longueur d'avance
Il faut agir de façon à avoir les réponses et avoir une longueur d'avance
Faites preuve d'initiative, soyez une valeur ajoutée pour le cabinet. Pour cela, allure professionnelle et efficacité sont à privilégier.

C'est-à-dire : évitez d’arriver en retard, montrez-vous respectueux, n’utilisez pas votre téléphone pendant les réunions, ne mâchonnez pas de chewing-gum.

3. Le bon timing

Peaufinez vos documents comme s’il s’agissait d’ébauches finales.

Les avocats chevronnés vont vérifier votre travail, mais ils ne veulent pas avoir à le retoucher, sauf en cas extrême.

En d’autres termes, ils attendent de vous le meilleur. Dès maintenant.

Et pour se montrer efficace, il faut travailler. C'est-à-dire : planifier un projet avant de s’y plonger, se renseigner sur les ressources qui pourraient vous être utiles, garder une trace de vos recherches.

Si vous estimez à l’avance que le délai exigé pour boucler vos tâches n’est pas suffisant, dites-le immédiatement et sans attendre.

4. La bonne attitude

Inutile de vous rappeler à quel point il faut vous montrer sociable, si ?

À la fin de l’été, plus il y aura de gens qui pourront témoigner des interactions positives qu’ils ont eu avec vous, mieux ce sera.

Faites donc des efforts pour vous présenter à vos collègues de travail.

Arborez, à toute occasion, votre plus beau sourire et vos plus sympathiques manières.

Aux évènements sociaux, aux cocktails, à la machine à café, dans le couloir : chaque rencontre est une occasion de signifier que vous avez bien compris ce qu’implique la pratique d’avocat.

5. Le bon recul

Ne faites donc rien dans la précipitation. Sous le coup de l’enthousiasme ou non, réfléchissez avant d’agir.

Lors des regroupements sociaux, soyez discret et prudent.

« Dans mon livre, je me souviens d’une anecdote où lors d’un évènement festif, et dans l’euphorie provoquée par l’alcool, un stagiaire a proposé des massages aux associés. L’offre n’a pas été bien reçue », écrit Grover E. Cleveland.

Sociabilité ? Oui. Familiarité ? Mauvaise idée.

Bonne chance !