Me Michel Massicotte représente Jacques Audette
Me Michel Massicotte représente Jacques Audette
Aucun d’entre eux n’a plaidé coupable devant la juge Michèle Toupin, de la Cour du Québec. Le ministère public a déposé un total de 46 accusations.

L’avocat Jacques Audette, 59 ans, fait face à des accusations de fraude, de complot et d’abus de confiance.

L’avocat Jacques Audette fait face à des accusations de fraude, de complot et d’abus de confiance
L’avocat Jacques Audette fait face à des accusations de fraude, de complot et d’abus de confiance
Pour le représenter, Me Audette s’est choisi un très bon avocat dans la personne de Me Michel Massicotte, un criminaliste bien connu, qui a notamment récemment représenté le hockeyeur des Bruins de Boston Zdeno Chara, ou encore L’ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault, accusée de fraude et d’abus de confiance. Il représente aussi des entreprises accusées dans le cadre du cartel de l'essence.

Associé pendant des années chez Fasken Martineau, Jacques Audette a quitté le cabinet il y a quelques semaines dans la foulée de cette histoire. Il s’était alors créé une page personnelle dans laquelle on retrouvait sa bio, mais cette page est désormais en construction.

L’homme d’affaires bien connu, Antonio Accurso, 61 ans, de Deux-Montagnes, est pour sa part accusé de fraude, de complot pour fraude, d’avoir voulu influencer un fonctionnaire municipal, d’abus de confiance et de deux chefs de fraude envers le gouvernement.

Me Louis Belleau représente Tony Accurso
Me Louis Belleau représente Tony Accurso
M. Accurso est représenté dans cette affaire par Me Louis Belleau, qui a quitté en janvier Shadley Battista pour se lancer à compte. Shadley Battista est le cabinet où travaille l’ancien bâtonnier du Québec, Me Gilles Ouimet, de même que Giuseppe Battista, qui fut le procureur en chef associé lors de la Commission Bastarache.

Me Giuseppe Battista, de Shadley Battista
Me Giuseppe Battista, de Shadley Battista
Un seul des accusés, Gaétan Biancomo, était présent lors de la brève audience. Le dossier a été reporté au 10 octobre prochain, pour communication de la preuve.
« Nous avons remis une partie de la preuve, via support informatique. Une autre partie sera remise à la défense dans les prochaines semaines », a indiqué Me Sylvain Lépine, procureur-chef du Bureau de lutte à la corruption et à la malversation (BLCM).

Avec QMI