Jean-Pierre Lord, président de l’association péquiste pour la circonscription de Saint-Marie-Saint-Jacques, et Me Marc Chétrit Rieger, avocat et ancien militant libéral, ont déposé vendredi dernier une requête pour intenter un recours collectif, a révélé « La Presse ».

Me Marc Chétrit Rieger doute de la légalité de l’arrestation massive
Me Marc Chétrit Rieger doute de la légalité de l’arrestation massive
Les deux hommes estiment que les droits des citoyens ont été bafoués et que leur dignité a été atteinte lors de cette soirée du 23 mai. M. Lord, lui-même arrêté, a dû attendre de nombreuses heures, enfermé dans un autobus, avant d’être identifié. Pendant l’attente, il a dû uriner sur le plancher, devant les autres, poignets liés dans le dos.

Me Chétrit Rieger, qui a d’ailleurs déjà officié pour le ministère de l’Éducation, doute de la légalité de l’arrestation massive et de la « proportionnalité » des conditions de détention en regard de la faute reprochée. M. Lord croit lui aussi que la Ville a outrepassé ses droits et a assuré à « La Presse » que les autorités avaient la « possibilité de faire autrement ».

Un juge de la Cour supérieure devra d’abord donner son autorisation au recours collectif avant qu’un débat sur les sommes réclamées en dommages ait lieu.