Combien vaut Jean Charest ?
Combien vaut Jean Charest ?
Un ancien chasseur de tête de haut niveau aujourd’hui à la retraite à déclaré au site Lesnews.ca que l’ancien premier ministre aura l’embarras du choix pour sa prochaine carrière.

Une grande société comme Bombardier pourrait lui confier des mandats de développement d’affaires sur la scène internationale. Une grande banque canadienne pourrait également s’intéresser à lui.

Le fit classique serait pour lui de joindre un grand cabinet d’avocats. Pierre-Elliott trudeau, Brian Mulroney, Jean Chrétien, Lucien Bouchard, Pierre-Marc Johnson, tous d’ex-premiers ministres, ont été embauchés par de grands bureaux après leur carrière politique, certains avec beaucoup de succès, quelques-uns rapportant beaucoup d’argent pour eux et leur firme.

Mais Jean Charest, lui, combien vaut-il dans le marché montréalais des services juridiques?

“Beaucoup d’argent”, répond un recruteur juridique qui a requis l’anonymat.

Jean Charest pourrait toucher un salaire de base entre 1 et 1,3 million de dollars
Jean Charest pourrait toucher un salaire de base entre 1 et 1,3 million de dollars
Même dans un marché déprimé et en contraction, Jean Charest pourrait toucher un salaire de base oscillant entre 1 et 1,3 million de dollars, estime le spécialiste. Avec les bonis de performance, sa rémunération annuelle pourrait facilement grimper à 1,5 M$ voire 2 millions de dollars par année. À Montréal, seulement quelques avocats font autant d’argent, notamment chez Davies, Stikeman et Fasken.

S'il siège en plus sur quelques conseils d'administration de grandes entreprises, Jean Charest va rapidement devenir un homme très riche.

Pas mal pour un avocat qui n’a pratiqué que 3 ans en droit criminel il y a bientôt 30 ans!

En fait, le cabinet qui embauchera Jean Charest n’a rien à faire de ses talents d’avocats. Comme la plupart des ex-politiciens, il aura pour rôle d’ouvrir des portes et de rapporter des mandats grâce à ses contacts - nombreux - et sa notoriété.

L’ex-premier ministre a toutes les qualités pour le faire. Parfaitement bilingue, connu dans le reste du Canada et dans le monde, il est aussi un super vendeur, comme il vient encore de le démontrer lors de la dernière campagne électorale.

Les rainmakers potentiels de ce calibre sont rares et les grands cabinets sont prêts à allonger les millions de dollars pour les avoir avec eux.

Jean Charest est aussi très attrayant en raison du développement du Nord québécois et des mandats juridiques qui en découleront pour les grands cabinets. Car quoi de plus convaincant que de dire à un client potentiel: “Nous avons l’architecte du Plan Nord dans notre équipe d’avocats!”

Les enchères sont donc ouvertes. Quel cabinet remportera la mise? Réponse la semaine prochaine...