Gabriel Nadeau-Dubois pourrait écoper d'une amende maximale de 50 000$ et d'une peine d’emprisonnement maximale d’un an
Gabriel Nadeau-Dubois pourrait écoper d'une amende maximale de 50 000$ et d'une peine d’emprisonnement maximale d’un an
L’ancien leader étudiant a plaidé non coupable à l’accusation déposée par Jean-François Morasse, cet étudiant de l’Université Laval qui a déjà obtenu une injonction pour assister à ses cours en arts plastiques.

À son arrivée au palais de justice de Québec jeudi matin, Nadeau-Dubois s’est dit confiant de convaincre le juge de son innocence.

«Je suis accusé d’outrage au tribunal, alors il y a eu des meilleures journées qu’aujourd’hui, mais je suis convaincu de mon innocence et mon avocat aussi et on va travailler très fort toute la journée pour le démontrer au juge», a-t-il dit aux journalistes.

Manifestants

L’ancien leader de la CLASSE, qui n’arbore plus le carré rouge, a salué la poignée de manifestants étudiants qui l’attendaient devant le palais de justice avec une banderole «Amnistie pour tous nos camarades.

«Je ne m’attendais pas à voir 200 000 personnes devant le palais de justice ce matin», a-t-il lancé lorsqu’on lui a demandé s’il était déçu du nombre de supporters présents.

L’avocat du poursuivant, Me Maxime Roy, a déjà affirmé que la gravité et la portée des déclarations de Gabriel Nadeau-Dubois militent en faveur d’une peine d’emprisonnement s’il est condamné.

Il compte présenter en preuve deux déclarations de Gabriel Nadeau-Dubois -dont une diffusée à RD - qui auraient incité des étudiants à défier les injonctions émises par les tribunaux.

Gabriel Nadeau-Dubois ne peut pas nier ses propos, mais indiqué que sa défense porterait sur la signification de son message.

S’il est reconnu coupable, il s’expose à une amende maximale de 50 000$ et à une peine d’emprisonnement maximale d’un an.