Me Anne Bétournay rencontre de vingt à trente juristes par semaine. Elle est ce que l’on appelle dans le jargon « une chasseuse de têtes ».

Vous êtes à la recherche du candidat idéal pour un poste à pourvoir au sein de votre cabinet ou entreprise ? Vous êtes un associé sénior en quête d’un nouveau défi ? Un finissant à la recherche d’un emploi ?

C’est à cette recherchiste et conseillère en recrutement d'avocats et cadres du Groupe Montpetit Ressources Humaines que vous aurez affaire.

« Je suis une avocate de 17 années d’expérience, ce qui me permet à la fois de bien évaluer les compétences du candidat que je rencontre en entretien et de cerner l’expertise recherchée par l’employeur », dit celle qui a auparavant pratiqué le droit au sein des cabinets d'avocats McCarthy Tétrault et Fasken Martineau ainsi qu'au sein d'un contentieux d'une entreprise canadienne d'envergure, Canadien National.

Me Anne Bétournay exerçait chez Fasken et McCarthy avant de conseiller les chercheurs d'emplois et les cabinets
Me Anne Bétournay exerçait chez Fasken et McCarthy avant de conseiller les chercheurs d'emplois et les cabinets
« On faisait des rotations en formation, j’ai touché à tous les domaines. Je saisis bien les exigences d’un dossier, que ce soit en droit commercial, en litige, ou droit fiscal. »

Ce qu’elle a à offrir de plus ?

« J’aime le milieu juridique, j’aime rencontrer des gens, leur parler, j’ai également reçu une excellente formation en ressources humaines par le groupe Montpetit ».

Mais ce n’est pas tout... Ce qui distingue, selon elle, le groupe Montpetit de ses concurrents, c’est un côté humain très développé.

« Nous vivons dans un contexte où l’on manque de temps, dans un tourbillon, bousculés par un monde où tout va très vite, axé sur la facturation et le rentabilité. Là où nous ne sommes pas une agence comme les autres, c’est dans notre volonté de travailler dans un esprit d’équipe et de respect. Ici personne n’est payé à la commission. »

Selon elle, la majorité des entreprises oublie de traiter les candidats comme des êtres humains.

« Ce n’est pas le cas ici et j’ai découvert cela avec beaucoup de surprise et de plaisir ».

Affaire de personnalité

Dans le monde du travail, tout est aujourd’hui affaire de « personnalité », dit-elle.

« Au-delà des compétences en droit, que l’on juge acquises, l’employeur recherche quelqu’un dont la personnalité va bien s’intégrer avec son équipe. À l’heure où le travail d’équipe est valorisé, on vise le “fit” entre l’employeur et le candidat, la bonne “chimie” ».

Bien que le marché ait beaucoup à offrir, il s’est transformé au fil des années, selon Me Bétournay.

« Pour les candidats finissants, le marché du travail n’absorbe pas la demande. Les jeunes avocats vont prendre un certain temps avant de trouver un emploi. C’est différent d’il y a quelques années. »

La carrière même de l’avocat s’est transformée, selon elle.

« Les avocats vont changer de postes plus fréquemment qu’avant, bien que l’erreur la plus récurrente serait de le faire trop souvent. Il ne faut pas non abuser de ceci », ajoute cette diplômée en droit de l’Université de Montréal.

À l’heure des réjouissances et de la célébration des 30 années du Groupe Montpetit, Me Bétournay est enthousiaste.

«Nous avons le vent dans les voiles, conclut Me Bétournay. Il règne un tel climat et une telle atmosphère dans notre boîte… Nous souhaitons rayonner encore davantage à l’avenir… »

Ses conseils aux candidats ?

1) « L’expérience en droit compte mais tout est question de personnalité. Il faut donc prendre le soin de bien se présenter, d’être professionnel, d’avoir également d’excellentes bases grammaticales ».

2) « Il faut arriver bien préparé et conscient que lorsqu’un poste s’ouvre, on s’inscrit à un concours. Beaucoup d’avocats sont à la porte ».