Travailler moins et réussir mieux, c’est possible!
Travailler moins et réussir mieux, c’est possible!
Trop travailler peut être dommageable pour la santé et pour ses relations interpersonnelles, rappelle le site Fast Company. Il indique également quatre choses simples qui permettent de travailler moins tout en réussissant mieux au plan professionnel.

1. Il faut savoir dire non aux clients

Droit-inc rappelait récemment l'importance de savoir dire non pour les avocats. Beaucoup de juristes acceptent le plus de mandats possible, par peur de décevoir les clients. Mais il est parfois nécessaire de refuser lorsqu'on sait qu'il sera humainement presque impossible d'accomplir un mandat.

Rappelons qu'au Québec, l'article 29 du Code de déontologie des avocats oblige tout avocat, avant d'accepter un mandat, à tenir compte des limites de sa compétence eu égard au domaine de droit concerné ou à la nature des activités professionnelles requises, du temps dont il dispose pour son exécution et de la possibilité de coopérer avec une autre personne. S'il estime que ces contraintes peuvent mettre en péril la qualité de ses services, il doit en aviser son client.

2. Prendre du temps pour soi sera bénéfique

Ce n'est plus à prouver, les avocats qui ont une vie plus équilibrée ont une meilleure performance au travail. Pourquoi?

Tout porte à croire qu'au-delà d'un certain seuil, on n'est plus efficace au travail et on a besoin de dormir. Mais il y a plus. Il faut aussi pouvoir « décrocher », décompresser, en dehors du simple sommeil. Aller faire du sport et passer du temps en famille permet d'être bien davantage productif lorsque vient le temps de travailler.

Souvent, en pensant à autre chose, on revient à notre ouvrage avec une perspective nouvelle et des idées que l'on n'avait pas envisagées.

3. Il faut parler de son travail à sa famille et à ses amis

En fait, ce qui importe, c'est de parler de ses impressions à propos de son travail. Sent-on qu'on en fait assez? Que pense-t-on de notre performance? Trouve-t-on que l'on travaille trop? Discuter de ces questions avec son entourage permet d'avoir une vision différente de notre travail. Sinon, ça peut être un électrochoc de réaliser que dans une conversation banale, on n'a pas d'autre sujet à aborder que son travail ou la santé financière de son cabinet...

4. Il faut apprendre à déléguer des tâches

Il est nécessaire de se rendre à l'évidence : on n'est ni le meilleur, ni même apte à exercer tous les rôles. Certains nous siéent moins que d'autres, il faut l'accepter et être capable de faire appel à meilleur que soi. La même règle s'applique pour éviter d'être submergé de travail. Sinon, c'est peut-être la dépression qui nous attend...