Me Stéphanie Dorion
Me Stéphanie Dorion
Une autre avocate de litige quitte McCarthy Tétrault : Me Stéphanie Dorion ira pratiquer pour le Centre hospitalier universitaire de Québec. Elle a commencé chez McCarthy Tétrault comme stagiaire en 2013 et y a poursuivi sa carrière comme avocate depuis.

Le second est Me Julien Langlois; il était chez McCarthy à Québec depuis près d’un an lorsqu’il a quitté pour rejoindre Stein Monast.

Il y a moins d’un mois, Droit-inc annonçait que Mes Isabelle Germain et Nicolas Moisan, deux des quatre associés de l’équipe de litige de McCarthy Tétrault à Québec, quittaient aussi le navire pour rejoindre Stein Monast. Peu avant, Me Claude Jarry, un autre des quatre associés en litige, venait de partir pour sa retraite.

Deux nouvelles avocates, Mes Isabelle Racine et Julie Lebrun, les ont remplacés à titre d’avocates-conseil.


Un « mouvement normal »

Me Julien Langlois
Me Julien Langlois
Que se passe-t-il chez McCarthy Québec? « Il est normal dans notre milieu, comme dans tout autre domaine, que des gens choisissent de poursuivre leur carrière ailleurs », déclare la porte-parole du cabinet, Hélène Sansoucy, rappelant que quatre avocats se sont joints à l’équipe de Québec ou sont sur le point de le faire. L’équipe de Québec compte présentement entre vingt et trente avocats. On tempère également la situation en disant que dans un cabinet d’envergure, le mouvement d’avocats est la norme.

Et pourquoi certains ont-ils choisi Stein Monast? « Peut-être les gens cherchent-ils à se tourner vers un cabinet plus régional? » tente l’associé-directeur du cabinet, Me Jean Brunet. Des avocats chez McCarthy veulent rapidement faire grandir leur pratique, et peut-être sont-ils plus à l’aise de le faire ici », déclare-t-il.


Stein Monast en mode recrutement

Me Brunet assure qu’il n’est pas question de « vendetta » contre McCarthy Tétrault. « Il s’agit d’un excellent cabinet, qui a une bonne réputation dans la région. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle on sait qu’on peut se fier aux avocats qui en arrivent », explique-t-il. Par ailleurs, il rappelle par exemple que Me Brian Lipson a fait le parcours inverse il y a à peine six mois, en passant de Stein Monast à McCarthy. « Il y a donc une justice en ce bas monde! » plaisante Me Brunet.

Une chose est sûre, Stein Monast s’est mis en mode recrutement. « Je ne peux pas le cacher, les affaires sont excellentes » déclare l’associé-directeur. Selon ses dires, certains avocats sont débordés, d’où la nécessité d’en embaucher de nouveaux pour les appuyer!