Me Alain Rondeau
Me Alain Rondeau
Coup de tonnerre au 29e étage du siège social de Bombardier : après plus de 20 ans chez l’avionneur québécois, Me Daniel Desjardins prend sa retraite et quitte ses fonctions de vice-président principal, affaires juridiques et Secrétaire.

Il sera remplacé par l’un des avocats appelés en renfort pour le soutenir dans la guérilla judiciaire contre Boeing, l’an dernier : Me Alain Rondeau.

Les deux grands conseillers juridiques ont eu leur baptême de feu ensemble lors de la récente saga opposant Bombardier à Boeing.

Me Rondeau prend immédiatement ses fonctions, tandis que Me Desjardins reste jusqu’à la fin de l’année pour aider à faire la transition et former son successeur.

Aucun des deux conseillers n’était disponible pour nous parler aujourd’hui.


La saga Boeing

L’avionneur américain accusait son concurrent canadien l’an dernier de lui causer préjudice en bénéficiant du soutien des gouvernements canadien et québécois. La plainte a mobilisé une soixantaine d’avocats, coordonnés par Me Desjardins.

Me Daniel Desjardins
Me Daniel Desjardins
Me Rondeau, qui avait pris sa retraite de Pratt & Whitney l’année précédente, agissait à titre de consultant auprès du département des Affaires juridiques de Bombardier. Il est intervenu dans quelques dossiers de commerce international, pour finalement participer à la défense de Bombardier face à Boeing.

La pression a augmenté d’un cran lorsque, juste avant le congé des Fêtes 2017. Le ministère américain du Commerce requiert l'imposition de droits compensatoires de 300 %! « On sait que dans le cas de plaintes déposées par des intérêts américains à la Commission, 75 % des cas les décisions sont allées en leur faveur », expliquait Daniel Desjardins à Droit-Inc l’hiver dernier.

Finalement, la Commission du commerce international tranche sur le fond et donne raison, dans un jugement unanime, à Bombardier.

Ce fut le chant du cygne de Me Desjardins, et une solide entrée en la matière pour Me Rondeau.


Un praticien d’expérience quitte...

Après son départ à la retraite, Me Desjardins continuera à jouer un rôle à titre de conseiller spécial du PDG Alain Bellemare et sera président du conseil d’administration de Bombardier Transport.

Daniel Desjardins, qui quittera ses fonctions de vice-président principal, affaires juridiques et Secrétaire de Bombardier le 31 décembre prochain, est également un joueur de premier plan dans les œuvres caritatives. Il monte ainsi au front chaque année pour récolter des fonds pour le compte de la Fiducie des dirigeants juridiques pour la diversité.

Une dizaine de bourses sont octroyées à des étudiants en droit canadiens aux prises avec un handicap. Les fonds proviennent des dons des cabinets et des départements juridiques d’entreprises. Et les fonds sont collectés sous la houlette du Barreau 1978.

Arrivé chez Bombardier en 1998, il gérait une équipe légale de 175 avocats répartis dans 17 pays. Il a fait son droit à l’Université de Montréal, suivi par une maîtrise en droit à l’Université McGill.


...et un autre arrive

Quant à Alain Rondeau, le Barreau 1983 n’est pas le premier venu en aéronautique : il a notamment été l’homologue de Daniel Desjardins chez Pratt & Whitney pendant 21 ans.

L’ex-vice-président et secrétaire corporatif du fabricant de moteurs d’avion dirigeait ainsi les quelque 70 juristes du fournisseur de Bombardier.

Voilà une trentaine d’années qu’il pratique le droit dans le secteur aéronautique, ayant auparavant été chez Byers Casgrain, qui allait devenir Dentons.

Il a complété une licence en droit civil un baccalauréat en common law à l’Université d’Ottawa. Il a complété le Programme pour cadres supérieurs de la Graduate School of Business Administration Darden de l’University of Virginia.