Mes Caroline Perrault et Erika Provencher de Siskinds Demeules représentent les demandeurs.
Mes Caroline Perrault et Erika Provencher de Siskinds Demeules représentent les demandeurs.
Une action collective concernant les contraceptifs oraux Yaz et Yasmin, produits par la société pharmaceutique Bayer, a été autorisée. Les membres en ont été informés vendredi dernier.

Les demandeurs, Janie Guidon, Geneviève Gladu et Julien Leboeuf, plaident que la prise de contraceptifs oraux augmente le risque de développer une thrombose artérielle, une maladie thromboembolique veineuse, une embolie pulmonaire ou une maladie de la vésicule biliaire.

Mes Erika Provencher et Caroline Perrault de Siskinds Demeules représentent les demandeurs, tandis que Mes Marie-Ève Gingras, Geneviève Bertrand et Sylvie Rodrigue de Torys se rangent du côté de Bayer.

Mes Marie-Ève Gingras, Geneviève Bertrand et Sylvie Rodrigue de Torys pour Bayer.
Mes Marie-Ève Gingras, Geneviève Bertrand et Sylvie Rodrigue de Torys pour Bayer.
Représentation trompeuse

L’action collective suggère que Bayer n’aurait pas averti convenablement la communauté médicale des risques de santé qu’engendre la prise de ses produits. De plus, la société aurait fait une représentation trompeuse en ce qui concerne la nature sécuritaire de ses contraceptifs.

Si les demandeurs ont gain de cause, les membres de l’action collective recevront des indemnités financières.

Une demande d’autorisation d’exercer cette action collective avait été déposée le 19 août 2010.

Au Canada, treize actions collectives tenant des reproches similaires à l’égard des contraceptifs Yaz et Yasmin ont été déposées.