La structure de propriété des cabinets américains pourrait être bouleversée. Photo : shutterstock
La structure de propriété des cabinets américains pourrait être bouleversée. Photo : shutterstock
Bloomberg Law rapporte que lors du prochain congrès du Barreau américain les délégués seront appelés à se prononcer sur la Résolution 115 qui prévoit par exemple que des firmes comptables pourraient s’allier avec des firmes juridiques pour réduire leurs coûts, que des robots puissent offrir certains conseils juridiques et que le rôle des parajuristes soit élargi.

Selon les données compilées par le Barreau américain, 80 % des citoyens des États-Unis n’ont pas accès à des services juridiques.

Plusieurs associations régionales du Barreau américain appuient cette résolution qui sera débattue le 17 février.

En Australie, les cabinets juridiques peuvent ouvrir leur capital au public et jusqu'à date une seule firme, Slater & Gordon, a saisi cette occasion avec un premier appel à l’épargne publique de 35 millions de dollars, alloués à un fonds dédié aux recours collectifs.

En Afrique du Sud, le plus gros cabinet du pays, Edward Nathan, a été acquis pour 100 millions de dollars par la banque d’affaires Nedcor.