C'est l’avocat Me Jamie Benizri qui a répondu à nos questions.
C'est l’avocat Me Jamie Benizri qui a répondu à nos questions.
Selon la demande introductive d’instance déposée le 27 juillet dernier au palais de justice de Montréal, Roghayeh Momeni, 56 ans, souffre encore de l’accident survenu en janvier 2019.

« La dame a subi une chute assez violente devant le restaurant, durant la période hivernale », précise l’avocat Jamie Benizri de Legal Logik, le cabinet responsable du dossier.

Rappelons-le, contrairement à sa cliente, Me Benizri ne mange pas des oeufs pour le petit déjeuner.

« Elle se voit mal de reprendre ses activités antérieures en tant qu’entrepreneure; elle travaille légèrement quand elle le peut, mais elle a beaucoup de difficulté à travailler plus de quelques heures. Son diagnostic est de plus en plus pire, avec des douleurs assez prononcées à tout moment de la journée, surtout durant les activités de mouvements. »

La dame, mère de deux enfants, aurait glissé, non sur une coquille d’oeuf, mais sur un « trottoir glacé » (notre traduction), devant l’entrée principale d’une succursale Allô! Mon Coco; elle affirme être tombée « violemment » sur sa hanche, même si elle chaussait des bottes d’hiver, mentionne la poursuite.

Elle affirme avoir immédiatement éprouvé une « douleur intense », l’empêchant de bouger et de se relever.

Transportée en ambulance à l’Hôpital général du Lakeshore, elle y a été hospitalisée pendant huit jours en raison d’une « fracture de la hanche », qui a nécessité une « opération d’urgence ».

Confinée à son domicile et alitée pendant plusieurs mois, elle affirme aujourd’hui « souffrir d’une grave perte de mobilité », en plus d’être incapable de « s'asseoir et de marcher pour des périodes prolongées ». Sans compter les souffrances émotionnelles et autres souffrances physiques qui l’empêchent de retrouver son mode de vie « actif » d’antan.

Mme Momeni pourrait d’ailleurs devoir subir d’autres opérations au cours des prochaines années en raison de l’accident.

Elle réclame aujourd’hui 255 558$ à plusieurs parties, dont la succursale Allô! Mon Coco, les assureurs du restaurant et la compagnie de déneigement chargé de l’entretien du terrain.

De cette somme, 23 558$ correspondent à la perte de revenues depuis la chute, 115 000$ à la perte de revenues pour les cinq prochaines années, 65 000$ à ses blessures corporelles et 50 000$ pour dommages non pécuniaires.

Me Jamie Benizri est confiant de remporter le litige, si, bien entendu, un règlement n’intervient pas entre les parties.

« Oui, car je pense que la blessure ou l’accident est suffisamment documenté pour être considéré comme sérieux pour être concret; pour donner à madame un droit clair pour aller chercher des dommages, » précise Me Benizri.

Joint par Droit-inc, la succursale Allô! Mon Coco et les autres parties concernées ont décliné notre demande d’entretien.

L’avocate attitrée au dossier, Me Christina Muccari, étant en vacances, c’est l’avocat Me Jamie Benizri qui a répondu à nos questions.