Plus d’une centaine de personnes se sont massées dans la salle où se tenait l’assemblée municipale, qui a été légèrement retardée, après que des manifestants refoulés à la porte, se soient mis à crier : « on veut entrer ».

La séance s’est déroulée en présence des forces policières et lors de la récitation de la prière, des citoyens ont « hué » le premier magistrat qui a dû faire un rappel à l’ordre.

« Je vous demanderais un peu de respect », a-t-il dit à la foule.

Lors de la récitation de la prière quelques personnes présentes dans la salle ont manifesté leur désaccord en
Lors de la récitation de la prière quelques personnes présentes dans la salle ont manifesté leur désaccord en "huant" le maire, qui a dû faire un bref rappel au calme
La période a été l’occasion pour une douzaine de personnes de se présenter au micro pour prendre la parole, que ce soit pour démontrer leur mécontentement ou pour appuyer le maire.

Le représentant du collectif « Citoyens pour la démocratie », Éric Dubois, a interpellé Jean Tremblay en lui rappelant qu’il ne parlait pas au nom de tous.

« Votre vision de la démocratie se limite-t-elle à vous signer un chèque en blanc chaque quatre ans? C’est ça votre vision de la démocratie? », a-t-il demandé au maire Tremblay.

Mécontentement

Les citoyens venus s’exprimer ont fait savoir au maire qu’ils étaient en désaccord avec sa croisade.

« Ça me dérange parce que parfois, j’ai honte d’être un gars du Saguenay », a lancé Sylvain Tremblay, un Saguenéen d’origine, qui réside maintenant à Québec.

« Ceux qui crient à l’arrière, ça, c’est des peureux », a mentionné le maire aux gens qui témoignaient leur mécontentement lors des échanges.

Le maire s’y attendait

Jean Tremblay a dit ne pas avoir été surpris par la présence de ces manifestants.

« Ça fait longtemps qu’il y a des gens qui s’expriment et si je demande aux gens d’être tolérants, il faut que je le sois aussi ».

« C’est toujours le même groupe de personnes. Ils étaient contre la salle de spectacle, ils se sont déjà présentés aux élections. Ce sont toujours les mêmes », a-t-il ajouté à la fin de la séance.

En toute fin d’assemblée, répondant à la question d’une citoyenne qui voulait savoir si son plan de match avait changé après avoir entendu les différentes positions, il a répondu.

« Ça ne change absolument pas », avant de clore la séance.