Me Malya Amghar
Me Malya Amghar
Me Malya Amghar se joint au groupe de pratique national de droit fiscal, alors que Me Geneviève Lavoie rejoint le groupe Travail, emploi et droit de la personne.

Malya Amghar est une passionnée de fiscalité. Avant son retour aux sources chez Gowling, elle a travaillé comme avocate chez Fasken pendant un an, de même que chez la firme comptable PwC, pendant un an et demi. Elle y a pratiqué comme consultante en fiscalité internationale.

Elle était alors appelée à conseiller des sociétés multinationales souhaitant investir à l’étranger ainsi que des entreprises hors pays qui voulaient investir au Canada. Cette expérience lui a permis de développer son expertise en fiscalité de manière plus poussée. «Il faut définitivement aimer les chiffres!», dit-elle en riant.

La toute première expérience de la juriste chez Gowling avait été dans le cadre d’un emploi étudiant. Elle y avait travaillé pendant une partie de son baccalauréat, qu’elle a complété en 2013 à l’Université d’Ottawa, ainsi qu’une partie de sa maîtrise en droit, option fiscalité, qu’elle a obtenu de HEC Montréal en 2016.

L’avocate de 28 ans avait également choisi Gowling pour y faire son stage du Barreau avant d’être assermentée en 2015. Pour elle, sa récente nomination est un peu comme un retour au bercail.

«Une belle opportunité s’est présentée à moi et j’avais aimé travaillé dans ce cabinet. L’ambiance est très conviviale et il y a beaucoup de place pour l’initiative, les nouvelles idées, les projets, le développement des affaires...», dit-elle.

Me Geneviève Lavoie
Me Geneviève Lavoie
L’avocate baigne dans l’univers fiscal. «Je peux en manger matin, midi, soir! Les marchés évoluent tellement vite! C’est ce que je trouve intéressant dans ce domaine. Il faut se tenir informé », explique-t-elle.

De son côté, Geneviève Lavoie fait son entrée chez Gowling pour y pratiquer comme avocate en droit du travail, tant individuel que collectif. Elle dit avoir toujours été intéressée par cette branche.

«C’est un domaine vraiment humain qui permet une proximité avec le client. Tu deviens un peu sa conseillère, la personne qui l’aide à protéger son bijou. Ça rejoint beaucoup ma personnalité!», dit celle qui a complété son baccalauréat à l’Université de Montréal en 2016 et a été admise au Barreau en 2018.

Me Lavoie dit avoir eu un coup de coeur instantané pour son nouveau cabinet. Elle considère que c’est une grande opportunité que de mettre les pieds dans une firme d’envergure internationale et de travailler aux côtés de professionnels.

Précédemment, la jeune avocate de 25 ans avait complété son stage du Barreau chez McMillan, où elle avait déjà fait un stage étudiant quelques années plus tôt. Elle a beaucoup apprécié l’expérience acquise au sein de ce cabinet envers lequel elle se dit reconnaissante.

Juste avant d’entamer son stage du Barreau, mentionnons que la juriste avait pris un vol, direction Afrique du Sud, pour y compléter un stage de trois mois en droit de la personne. Notons que pendant ses études, la juriste, originaire de l’Abitibi, a travaillé pendant quelque temps pour Juripop et pour la MRC de sa région natale.