Mes Daniel Romano, Joel Roy et Miville Tremblay.
Mes Daniel Romano, Joel Roy et Miville Tremblay.
Le 9 janvier dernier, l’homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, a annoncé sur son compte Twitter personnel son divorce imminent avec son épouse des 25 dernières années, MacKenzie Bezos.

La séparation a été largement médiatisée au cours des derniers jours notamment en raison des avoirs colossaux du couple, soit 16 % des parts de la multinationale, évaluées à plus de 130 milliards de dollars.



S’il n’en tient qu’à Me Daniel Romano de Kalman Samuels, qui a fréquenté le multi-milliardaire à la Miami Palmetto High School où ils étudiaient tous deux dans les années 1980, le divorce se déroulera sans accroc.

« Ce sont deux personnes intelligentes qui se sont toujours comporté avec dignité. Tout se fera amicalement. Ce n’est pas comme un couple qui doit se départir de sa maison et vivre un stress financier pour assurer le bien-être de ses enfants. »

L’avocat possédant le Barreau de New York explique que le couple se pliera au régime communautaire de l’État de Washington, semblable à la société d’acquêts applicable au Québec. Grosso modo, tous les biens acquis par le couple durant le mariage devront être séparés également.

Le couple Bezos.
Le couple Bezos.
« J’entends beaucoup de gens faire une erreur en disant que MacKenzie Bezos deviendra la femme la plus riche du monde. Ils oublient qu’elle l’est déjà, puisque le couple marié partage tous ses actifs! Tout ce qui changera, c’est que ceux-ci seront séparés », explique l’avocat canadien ayant passé une partie de sa vie aux États-Unis.

Fait à noter : le couple ne dispose pas d’entente prénuptiale. Me Romano n’est pas surpris de ce détail compte tenu du fait qu’il se soit marié avant de faire fortune.

« Mme Bezos ne devrait pas vendre toutes ses parts immédiatement, souligne l’avocat qui tenait à livrer un conseil à l’épouse de son camarade. Cela aurait un effet négatif sur la valeur de la compagnie, et nuirait grandement à la relation des mariés en temps de divorce! »

La communauté juridique réagit

Me Joel Roy a souligné à Droit-Inc son désarroi face à la couverture médiatique de l’affaire. précisant qu’il n’aimait pas que les médias fassent référence à Mme Bezos comme « la future femme la plus riche du monde ».

« Le patrimoine du couple est déjà le sien! Elle participe à sa création depuis le début du mariage », indique l’avocat qui admet que les médias sont victimes d’un biais lié à la relation de place des hommes et des femmes au travail.

Ajoutant que le droit de la famille ne fait pas partie de ses expertises, il a souligné son souhait de voir le dossier se régler rapidement.

« Je leur souhaite de régler ça à l’amiable afin que les avocats ne fassent pas plus d’argent qu’eux dans ce dossier! » dit-il en riant.

Me Miville Tremblay, médiateur spécialisé en droit de la famille, partage son souhait.

« Dans l’intérêt de leurs quatre enfants, le mieux est de s’entendre. Tout conflit peut affecter gravement la vie de la famille », humanise-t-il.