Me HaoChen Zhang.
Me HaoChen Zhang.
Mes HaoChen Zhang et Robert Greenberg rejoignent les rangs du cabinet De Grandpré Chait.

En entrevue avec Droit-Inc, Me Zhang l’avoue d’emblée: il n’a pas un parcours typique.

« Quand je regarde derrière moi, et que je pense à tous les défis que j’ai surmontés, et je dois avouer que je n’aurais jamais pu m’imaginer devenir avocat dans un grand cabinet », confie-t-il.

Il y a onze ans, il rencontre le vice-recteur aux affaires internationales et à la francophonie de l’Université de Montréal (UdeM) Me Guy Lefebvre, qui donnait à l’époque une conférence en Chine. Le professeur lui parle de sa faculté avec entrain, menant Me Zhang à déménager au Canada.

« C’était la première fois de toute ma vie que je parlais à un étranger, avoue Me Zhang. Je ne connaissais pas un seul mot en français. »

Mais le goût de l’aventure est trop fort. Il complète son baccalauréat en droit de la propriété intellectuelle de la GuangDong University of Technology, en Chine, et s’envole pour le Canada. Dès sa première année à Montréal, il obtient une maîtrise en droit international des affaires à l’UdeM, effectuée en anglais.

Par la suite, il débute ensuite un baccalauréat en droit, toujours à l’UdeM, mais cette fois-ci, en français. Il apprend cette langue parallèlement à ses cours universitaires.

« Ce n’était pas facile. La langue, le choc culturel… tout est différent de la Chine! lance-t-il. Mais mon expérience à l’UdeM a été agréable, elle m'a aidé à devenir plus mature. J’éprouve beaucoup de gratitude. »

C’est donc en 2018 qu’il est assermenté, avant d’être embauché chez DeGrandpré Chait. Bien qu’il adore le Canada son « deuxième pays », Me Zhang avoue que la Chine, et surtout sa famille, lui manquent.

« Mais ma personnalité fait en sorte que je suis toujours optimiste », se réjouit-il du même souffle.

D’ailleurs, c’est le conseil qu’il offre aux étudiants qui souhaiteraient, comme lui, s’exiler à l’étranger: demeurer positif.

« La persévérance, c’est vraiment important. Il faut surmonter toutes les difficultés, les défis et la pression pour devenir meilleur. Changer de pays, c’est une belle opportunité de vie qui m’a rendu plus fort », estime-t-il.

Me Robert Greenberg.
Me Robert Greenberg.
De Spiegel Sohmer à De Grandpré Chait

De son côté, Robert Greenberg participe régulièrement à l'acquisition, au développement, au financement et à la location de propriétés commerciales en représentant des propriétaires, des promoteurs et des prêteurs dans le cadre de transactions immobilières importantes.

Il a obtenu un bac en droit à l'Université de Montréal en 2014 et détient également un premier bac en commerce, obtenu à l'Université McGill.

Il évoluait précédemment au sein de Spiegel Sohmer.

Avec Delphine Jung