« J’ai beaucoup aimé mes années Osler, je n’ai que des bons mots pour eux. Je souhaitais simplement passer plus de temps avec ma famille et avancer dans ma carrière. Mais je resterais toujours un avocat qui a tout appris chez Osler», explique Me David Grossman.

Il a fait son entrée chez Osler le 8 janvier 2007 pour exercer dans le secteur du litige, à titre de sociétaire de première année.

David Grossman explique qu'il a tout appris de son métier chez Osler
David Grossman explique qu'il a tout appris de son métier chez Osler
Diplômé de l’Université McGill, et ancien clerc à la Cour Suprême du Canada, il avait été embauché comme étudiant en 2004.

Causes, injonctions, recours collectifs : durant cinq années, il apprend le droit en pratique et en théorie.

Aujourd’hui, il change d’horizon.

IMK

Depuis lundi dernier, l’avenir pour Me Grossman est désormais chez Irving Mitchell Kalichman (IMK).

« J’avais collaboré avec beaucoup d’avocats de chez IMK par le passé, il s’agit d’un cabinet excellent. Je suis très chanceux d’avoir cette opportunité », dit-il.

Étrangement, son départ intervient tout juste après ceux de Karim Renno, Karine Chênevert, et Joséane Chrétien, qui ont respectivement rejoint Irving Mitchell Kalichman, Borden Ladner Gervais, et le cabinet Belleau Lapointe.

Selon Me Grossman, il n’y a aucun lien à faire dans cette vague de départs.

« J’ai beaucoup d’amis là-bas. Nous sommes partis pour des raisons différentes. Ce ne sont pas les mêmes considérations. »

Sa première semaine chez IMK ? Elle s’est très bien passée.

« Je suis très heureux. L’environnement est chaleureux et le cabinet accorde beaucoup de valeur à la recherche ou l’analyse.

Membre du Barreau du Québec depuis 2007 et du Barreau de l'Ontario depuis 2006, l’avocat mettra désormais son expérience au service d’IMK, un cabinet qui poursuit « une tradition d’excellence » selon lui.

Une tradition dans laquelle il souhaite aujourd’hui s’inscrire.