Un deuxième recours collectif vient d’être déposé aux États-Unis contre la compagnie canadienne BlackBerry
Un deuxième recours collectif vient d’être déposé aux États-Unis contre la compagnie canadienne BlackBerry
La firme d’avocats Levi & Korsinsky de New York allègue que la compagnie a fait des déclarations fausses et trompeuses et a failli à dévoiler des informations d’importance en ce qui a trait à ses affaires.

Notamment, on allègue que la compagnie n’a pas dévoilé que les opérations et la situation financière de BlackBerry avaient été affectées par la plate-forme du BlackBerry 10, et que même, on avait soutenu le contraire.

Le recours couvre les investisseurs qui ont acquis des actions de BlackBerry entre le 27 septembre 2012 et le 20 septembre 2013.

Cette dernière journée, BlackBerry a annoncé qu’elle inscrirait une charge substantielle en raison du grand nombre de téléphones BlackBerry 10 invendus, et qu’elle était forcée de licencier 40 % de son effectif.

La veille de la publication de la nouvelle, le titre de BlackBerry a fermé à 10,52 $. Le lendemain, il a clôturé à 8,73 $.

La semaine dernière, un recours collectif semblable a été déposé dans une cour de Manhattan par l’actionnaire Marvin Pearlstein.

Le titre de BlackBerry a terminé en hausse de 4 % ou 0,32 $ à 8,20 $ à la Bourse de Toronto lundi alors que l’agence Reuters rapportait que des géants tels que Cisco, Google et SAP seraient intéressés à acquérir la compagnie ou une partie de celle-ci.

BlackBerry a aussi approché Intel Corp. et les asiatiques LG et Samsung.

L’ancienne Research In Motion a accepté une offre de 4,7 milliards $ US de Fairfax Financial Holdings, mais elle peut chercher d’autres offres.

Avec Reuters