Reportages

Elle quitte Ogilvy pour ses jumeaux

Main image

Catherine Morissette

2010-05-13 14:35:00

En douze ans de pratique, Me Chantale Coulombe a réussi à se rendre là où de nombreux avocats vont rêver longtemps d’arriver. Portrait d’une femme qui sait ce qu’elle veut.

C'était il y a deux ans. En quelques semaines, Me Coulombe, aujourd'hui 35 ans, s'est vue proposer un emploi au gouvernement, présenter à l'association chez Ogilvy Renault et apprit qu'elle était enceinte. Le cumul des mandats très peu pour elle. Alors, elle a dû faire des choix qu'elle explique à droit-inc.com.

Originaire de St-Marc-des-Carrières, Me Coulombe a grandi au sein d’une famille moyenne, dont le père était coiffeur. D’aussi loin qu’elle se souvienne, elle a toujours voulu devenir avocate. Elle participait à des concours oratoires dont elle adorait le côté argumentaire. « Et pourtant, aujourd’hui je ne plaide pas! », raconte-t-elle. Il faut dire que son domaine de pratique – la propriété intellectuelle – ne lui a pas donné beaucoup d’occasions d’enfiler une toge.

Sur la route de Chantale

Après des études à l’Université Laval, elle effectue son stage chez Tremblay Bois Mignault Lemay et enchaîne avec une maîtrise en relations industrielles, qu’elle ne termine pas, car elle décroche un poste intéressant au contentieux de QuébecTel (aujourd’hui Telus).

«J’étais la dernière personne à passer en entrevue devant le comité. Dès le début, ils m’ont dit clairement qu’ils avaient l’intention d’engager la personne qu’ils venaient de rencontrer. Pourtant, c’est moi qui aie eu l’emploi! »

Au bout de deux années, le volume de travail ayant diminué de façon importante, Me Coulombe tente sa chance chez Ogilvy Renault, pour un poste en droit des affaires.

Pendant l'entrevue, recruteurs et candidate s'aperçoivent bien vite que la jeune femme n'est pas intéressée par ce domaine.

Scénario catastrophique s'il en est. Pas pour Chantale qui va continuer sa route avec son employeur, jusqu'à ce qu'Ogilvy Renault l'a rappelle pour lui offrir un poste en propriété intellectuelle.

Pendant les sept années qui ont suivies, Me Coulombe a travaillé dans ce domaine, au sein d’un bureau qu’elle adorait. Son sentiment d’appartenance au cabinet est toujours très présent, car quand elle parle d’Ogilvy, elle dit encore « chez nous ».

Quand tout arrive en même temps

Elle a si bien travaillé qu’après analyse de son profil par les associé(e)s, elle a été invitée, en décembre 2007, à devenir l’une des leurs. Cette offre tombait à point, car en même temps, elle venait d'être approchée par une ministre pour occuper un poste de haute fonctionnaire!

"J'ai failli partir pour ce nouveau défi, dit-elle. Mais l'association représentait l'accomplissement de ce pourquoi j'avais travaillé si fort."

La belle histoire aurait pu s'arrêter là. Elle va en fait continuer ... différemment.

Quelques jours après avoir refusé le poste public, et choisi Ogilvy, Me Coulome apprend qu'elle est enceinte et en janvier 2008 découvrir qu'il s'agit non pas d'un enfant mais de jumeaux !

Comme souvent en cas de grossesse multiple, l'avocate doit prendre un retrait préventif en mai 2008, à 24 semaines et va donner naissance à Édouard et Éloïc en juillet.

Avec deux bébés à s'occuper, Me Coulombe décide de prendre presque un an de congé de maternité et revient au travail au début du mois de juin 2009.

Vous vous attendez au pire, n'est-ce pas ? Vous allez être déçus.

L'avocate n’a que des éloges à faire à Ogilvy Renault sur la façon dont elle a été traitée autant pendant son congé de maternité qu'à son retour.

« Ils ont été réellement gentils. Ils ont tout fait pour me faciliter la vie. Ils avaient préservé mes clients, ils ont fait en sorte que je reste maître de mes dossiers. Je n’ai absolument aucun reproche à leur faire », dit-elle.

Malgré cela, Me Coulombe n’a jamais réussi à reprendre un style de pratique semblable à ce qu’elle avait avant sa grossesse.

« Je me sentais comme une demie maman et une demie associée ». Cela la pousse à remettre sa démission en février 2010.

« C’est une décision prise pour ma famille. La seule autre option que je voyais pour m’en sortir aurait été d’engager une nounou à la maison, mais je n’en avais pas envie. Je veux être présente pour le bain de mes enfants, pour les faire manger, pour prendre soin d’eux », dit-elle.

Elle n’a pas demandé à son bureau de faire plus, car c’est la pratique privée elle-même qui exige cela, selon Me Coulombe. On sent à ses propos qu’elle est très exigeante envers elle-même, elle n’aurait jamais pu se contenter d’être une « demie ».

Me Coulombe exerce donc maintenant à l’INRS (Institut national de la recherche scientifique) où elle a atteint son objectif de travailler à des heures plus normales et ainsi être présente auprès de ses enfants. Elle y a découvert un autre style de pratique et elle continue de s’impliquer dans la communauté par choix et non plus par stratégie de développement de clientèle.

imge #3886
44295

31 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Étudiant
    Que font les autre mères associées?

  2. Me
    Me
    La non-fidélité caractérisée de la plupart des femmes envers leur firme se confirme.

  3. Me
    Me
    >>>>> Quelques jours après avoir refusé le poste public, et choisi Ogilvy, Me Coulome apprend qu'elle est enceinte et en janvier 2008 découvrir qu'il s'agit non pas d'un enfant mais de jumeaux !


    Donc on lui fait une offre en décembre 2007 et elle accouche en juillet 2008. Elle prétend donc qu'à deux mois de grossesse elle a sû qu'elle était enceinte et non avant... Crédible?

  4. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Courage
    Je trouve que cela prend énormément de courage pour faire un choix comme celui-là!

    Le mythe de la wonderwoman doit s'éteindre pour que enfin les femmes puissent s'épanouir pleinement!

    Cela ne sera que plus bénéfique pour la profession!

    Bravo Me Coulombe!

  5. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Re : Me
    > >>>>> Quelques jours après avoir refusé le poste public, et choisi Ogilvy, Me Coulome apprend qu'elle est enceinte et en janvier 2008 découvrir qu'il s'agit non pas d'un enfant mais de jumeaux !
    >
    >
    > Donc on lui fait une offre en décembre 2007 et elle accouche en juillet 2008. Elle prétend donc qu'à deux mois de grossesse elle a sû qu'elle était enceinte et non avant... Crédible?

    En mai elle avait 24 semaines de faites, donc elle est tombée enceinte fin novembre début décembre, elle n'a probablement pas accouché à terme.

    Arrêtez de chercher toujours la petite bête Me.

  6. Schloups
    Schloups
    il y a 13 ans
    OR
    Haaaaaaa! C'est la fin de OR...

  7. Me
    Me
    >>>> En mai elle avait 24 semaines de faites, donc elle est tombée enceinte fin novembre début décembre, elle n'a probablement pas accouché à terme.

    "De faites"? Évitez le langage HoMa, surtout sur des médias reliés à la profession.

  8. Me
    Me
    >>>>> Cela ne sera que plus bénéfique pour la profession!


    Je suis parfaitement d'accord. Les gens qui quittent en ne laissant que les professionnels dédiés au bureau contribuent véritablement à l'avancement à la fois du bureau et de la profession.

  9. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Re : Étudiant
    > Que font les autre mères associées?
    Cher étudiant,
    Je suis une mère / associée d'un grand cabinet de Montréal. Mon ainé vient de célébrer ses 18 ans! Je suis convaincue que la choix est possible mais cela demeure un choix.....
    À vous de décider ce à qoi vous aspirez!

  10. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Re : Me
    > La non-fidélité caractérisée de la plupart des femmes envers leur firme se confirme.

    Cher Me vous êtes probablement fort jeune. L'expérience vous dirais que les femmes sont plus fidèles que les hommes..

  11. Me
    Me
    > Cher Me vous êtes probablement fort jeune. L'expérience vous dirais que les femmes sont plus fidèles que les hommes..

    Non. Pas dans notre cabinet.

  12. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    À quand le 40 heures semaine dans les grands bureaux?
    Commentaire sur :
    "Elle n’a pas demandé à son bureau de faire plus, car c’est la pratique privée elle-même qui exige cela, selon Me Coulombe. On sent à ses propos qu’elle est très exigeante envers elle-même, elle n’aurait jamais pu se contenter d’être une « demie ».

    FAUX : Ce n'est pas la pratique privée qui exige ça, ce sont les associés qui exigent des revenus élevés.

    Et pourtant, elle aurait pu demander à son bureaux d'en faire plus, en diminuant son nombre de dossiers par exemple. Pourquoi est-ce encore péjoratif de travailler 40 heures semaine dans les grands bureaux? Je connais pleins d'avocat(e)s de grands bureaux qui seraient heureux de la "demi" des heures facturables et de la "demi" du salaire! FAites un sondage, vous verrez bien !

    À quand la réelle consilliation travail-famille? Disons-le, ce n'est PAS RENTABLE! Il faut bien que les plus jeunes facturent un nombre impossible d'heures pour payer les salaire très élevés des associés !

  13. Me
    Me
    >>>>> "Elle n’a pas demandé à son bureau de faire plus, car c’est la pratique privée elle-même qui exige cela, selon Me Coulombe.

    Foutaise. On sait fort bien qu'après 12 ans de pratique t'as compris très bien comment fonctionne la game, surtout que t'as été associée et que t'as eu accès aux chiffres. Alors, s'il te plaît, évite d'insulter l'intelligence des gens qui lisent droit-inc.

  14. Me
    Me
    Notons aussi qu'on parle de OR Québec. Il nous est très difficile d'entrer dans certains secrets familiaux quasi-conclaviques qui régissent la mentalité de village, mais on sait toutefois que ce n'est pas du tout comme à Montréal. Jamais un grand cabinet à Mtl n'approcherait lui-même une salariée pour devenir associée dans ces circonstances.

    • Hoffmann
      Hoffmann
      il y a 13 ans
      Re : Me
      > Notons aussi qu'on parle de OR Québec. Il nous est très difficile d'entrer dans certains secrets familiaux quasi-conclaviques qui régissent la mentalité de village, mais on sait toutefois que ce n'est pas du tout comme à Montréal. Jamais un grand cabinet à Mtl n'approcherait lui-même une salariée pour devenir associée dans ces circonstances.

      On reconnaît dans cette réponse la frustration d'un avocat montréalais qui se trouve de plus en plus minable lorsqu'il compare ses chiffres avec ses collègues du même bureau à Montréal et Toronto... Par ailleurs, avec le temps que passe Me sur Droit Inc., on peut aisément comprendre sa frustration causée par son manque de travail.

  15. Me
    Me
    >>>>> Portrait d’une femme qui sait ce qu’elle veut.

    Faux. Soyez précis. C'est donc dire que maintenant elle sait ce qu'elle veut, après ne pas l'avoir su pendant 10-11 ans de sa pratique.

  16. Solo
    Solo
    II me semble qu'on porte rapidement des jugements sur cette personne sans connaitre toutes les circonstances. Qu'on lui souhaite la meilleure des chances et qu'on passe à autre chose !

  17. a french girl
    a french girl
    il y a 13 ans
    Démission=plus un rond !
    Donner sa démission, c’est risqué !
    J’espère qu’elle avait un mari suffisamment fortuné pour l’entretenir car après une démission contrairement à un licenciement on part sans un sous, on n’a pas droit à des indemnités de départ ni d’allocation chômage, du moins c’est le cas en France, peut-être est-ce différent au Canada ?

  18. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Anonyme
    @ french girl

    C'est la même chose ici, sauf qu'elle était associée. Elle a donc certainement vendu sa part et encaissé ce qu'elle avait dépensé plus, peut-être, une petite prime.

  19. a french girl
    a french girl
    il y a 13 ans
    Statut de salarié
    C’est vrai, cette jeune femme était associée.
    D’ailleurs à ce sujet, je pense qu’être embauché en tant que salarié offre une meilleure protection sociale et financière qu’être associé. D’ailleurs les avocats quand ils sont embauchés n’ont pas ce statut de salariés. Ils sont peut-être mieux rémunérés qu’un salarié mais ils doivent payer toutes leurs charges (Urssaf et compagnie,dans le cas de la France).
    On devrait voter une loi qui change cela.
    Quand on est embauché, l’être humain devrait pouvoir avoir le choix entre un statut d’associé ou celui d’un salarié ; je suis sûr que beaucoup d’avocats préféreraient avoir ce statut de salariés et avoir des primes chaque fois qu’ils gagnent une affaire.

  20. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Questions pour Me
    J'aimerais bien savoir:
    - Est-il préférable qu'un enfant soit élevé par ses parents qui sont présents avant 20heure la semaine et disponibles la fin de semaine ou par une nounou étrangère?

    -Si votre réponse à la question précédente est par ses parents, est-il concevable à vos yeux, mais surtout aux yeux de la société, que le père reste à la maison (propablement pas vu l'absence d'équité salariale)?
    -Alors quels choix vous restent-il? Continuer dans un grand cabinet à horaire réduit où vous serez considérée fort probablement comme une demie-avocate, aller en entreprise ou vous serez considérée comme une demi-avocate, ou rester à la maison où là au moins vous serez une mère à part entière, ce qui permettra à votre gentil mari d'être à son tour un travailleur à part entière?

    • Me
      Me

      >>>>>>>>- Est-il préférable qu'un enfant soit élevé par ses parents qui sont présents avant 20heure la semaine et disponibles la fin de semaine ou par une nounou étrangère?

      Vous avez raison. Cette dernière solution est horrible et les parents qui y ont recours sont des irresponsables. Il est largement préférable que la nounou soit normale.
      >
      >>>>>>>>> -Si votre réponse à la question précédente est par ses parents, est-il concevable à vos yeux, mais surtout aux yeux de la société, que le père reste à la maison (propablement pas vu l'absence d'équité salariale)?
      > -Alors quels choix vous restent-il? Continuer dans un grand cabinet à horaire réduit où vous serez considérée fort probablement comme une demie-avocate, aller en entreprise ou vous serez considérée comme une demi-avocate, ou rester à la maison où là au moins vous serez une mère à part entière, ce qui permettra à votre gentil mari d'être à son tour un travailleur à part entière?


      Le choix le plus honorable est de ne pas embêter un grand cabinet dès le départ. Il faut laisser les gens de carrière y faire leur marque. Il est peu honorable de venir sucer le gros salaire pendant quelques années pour ensuite afficher au grand jour son infidélité.

  21. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Anonyme
    >>> On reconnaît dans cette réponse la frustration d'un avocat montréalais qui se trouve de plus en plus minable lorsqu'il compare ses chiffres avec ses collègues du même bureau à Montréal et Toronto... Par ailleurs, avec le temps que passe Me sur Droit Inc., on peut aisément comprendre sa frustration causée par son manque de travail.

    Me a une immense fortune familiale, probablement dans le top 20 québecois. en plus, il est payé comme un jeune associé, donc je pense que le gars se fout pas mal de toronto...

  22. Master P.
    Master P.
    il y a 13 ans
    Master P.
    > Me a une immense fortune familiale, probablement dans le top 20 québecois. en plus, il est payé comme un jeune associé, donc je pense que le gars se fout pas mal de toronto...

    Ouais, les Pitfield.

  23. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Re : Me
    > > Cher Me vous êtes probablement fort jeune. L'expérience vous dirais que les femmes sont plus fidèles que les hommes..
    >
    > Non. Pas dans notre cabinet.

    Ni dans le nôtre...

  24. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Anonyme
    > Le choix le plus honorable est de ne pas embêter un grand cabinet dès le départ. Il faut laisser les gens de carrière y faire leur marque. Il est peu honorable de venir sucer le gros salaire pendant quelques années pour ensuite afficher au grand jour son infidélité.

    Bon point.
    Il y a des femmes qui utilisent les cabinets pour les conditions qu'ils offrent, mais qui ne sont pas des teamplayers. elles cachent ce détail. le poste aurait mieux convenu à un vrai teamplayer

  25. Luc
    Re : Anonyme

    > >>> On reconnaît dans cette réponse la frustration d'un avocat montréalais qui se trouve de plus en plus minable lorsqu'il compare ses chiffres avec ses collègues du même bureau à Montréal et Toronto... Par ailleurs, avec le temps que passe Me sur Droit Inc., on peut aisément comprendre sa frustration causée par son manque de travail.

    > Me a une immense fortune familiale, probablement dans le top 20 québecois. en plus, il est payé comme un jeune associé, donc je pense que le gars se fout pas mal de toronto...

    WOW!!!!! I'M PSYCHED!

    (Drop his name or gtfo.)

  26. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Monsieur Me
    Et si monsieur Me travaillait au sein de l’équipe de droit-inc. C’est peut-être un faux provocateur.
    Même si c’est le cas, l’important c’est qu’il donne un peu de piment à ce Blog !

    • Hoffmann
      Hoffmann
      il y a 13 ans
      Re : Monsieur Me
      > Et si monsieur Me travaillait au sein de l’équipe de droit-inc. C’est peut-être un faux provocateur.
      > Même si c’est le cas, l’important c’est qu’il donne un peu de piment à ce Blog !

      oui, mais dans le respect des autres, ce qui n'est pas le cas avec ses perpétuelles allusions mal placées et sa misogynie à peine voilée.

  27. Me
    Me
    >>>>> oui, mais dans le respect des autres, ce qui n'est pas le cas avec ses perpétuelles allusions mal placées et sa misogynie à peine voilée.

    Je ne fais que résumer la conscience de tous les cabinets. Il faut travailler pour la connaître. Je trouve aussi dommage que nous devons se passer d'excellents candidats masculins au profit de femmes profiteuses qui ne sont ici que pour empocher un gros salaire durant 2-3 années (parfois même qui ne viennent que pour ramasser le prestige du stage fait chez nous).

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 13 ans
      Re : Me
      Et moi je trouve ça dommage qu'en 2010, on parle encore de fidélité à son cabinet alors que dans tous les autres domaines, le concept de fidélité à son employeur n'existe plus.
      C'est tellement triste de voir que notre profession évolue aussi lentement.
      D'autant plus, lorsque le cabinet congédie ses employés pour raisons économiques ou autre, personne ne parle de fidélité à ses employés... Si l'on veut parler de fidélité, il me semble que ça va dans les deux sens et que ça doit être réciproque. Peut-être les femmes sont-elles moi fidèles parceque pour des années, elles se sont faites congédier pour le simple fait d'être enceinte. Il me smeble qu'il vaut mieux démissionner que de se faire congédier.
      Et en passant Me, si ta mère n'avait pas eu d'enfants, tu ne serais pas ici pour empester ce blog!


      > Je ne fais que résumer la conscience de tous les cabinets. Il faut travailler pour la connaître. Je trouve aussi dommage que nous devons se passer d'excellents candidats masculins au profit de femmes profiteuses qui ne sont ici que pour empocher un gros salaire durant 2-3 années (parfois même qui ne viennent que pour ramasser le prestige du stage fait chez nous).

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires