Nouvelles

Droit des animaux: ceci n’est plus une chaise!

Main image

Stéphane Champagne

2017-02-21 14:15:00

Chiens, chats, chevaux ne sont plus des tables ou des chaises aux yeux de la loi. Le droit animalier évolue, et on l'enseigne même à la fac de l'UdM!

Me Alain Roy, professeur titulaire à la Faculté de droit de l’Université de Montréal
Me Alain Roy, professeur titulaire à la Faculté de droit de l’Université de Montréal
Rodéo du 375e anniversaire de Montréal, règlement sur les pitbulls, sur les chats ou les chevaux de calèche, abattoir halal : les sujets en lien avec le droit animal défraient les manchettes comme jamais au Québec.

Me Alain Roy, professeur titulaire à la Faculté de droit de l’Université de Montréal, a voulu profiter de ce momentum en créant le cours Éthique et droit de l’animal. Offert depuis janvier 2017, ce cours s’inscrit dans la foulée de la Loi sur le bien-être et la sécurité de l’animal adoptée et sanctionnée par l’Assemblée Nationale en décembre 2015. « Ça a pris des centaines d’années avant qu’on reconnaissance le droit des enfants », dit Alain Roy, spécialisé en droit des enfants et de la famille. « Je pense que l’animal suit la même courbe et qu’on est actuellement à un tournant. Les universités américaines et européennes s’y intéressent de plus en plus. »

Ce nouveau cours optionnel de trois crédits affiche complet. Il sera toutefois offert à nouveau à l’hiver 2018. En plus d’être collé à l’actualité, Éthique et droit de l’animal innove, signale Me Roy. Au volet magistral, s’ajoute une série de conférences, tables rondes et autres débats où sont conviés des invités notoires. Rabbin, imam, prêtre, vétérinaire, spécialiste des sciences cognitives, bio nutritionniste, éthicien et philosophe, entre autres, rencontreront les étudiants d’ici la fin du trimestre universitaire.

En marge de leur travail de session, les aspirants juristes auront à répondre à la question suivante, laquelle figure au syllabus du cours : les règles juridiques qui régissent actuellement les animaux sont-elles véritablement respectueuses de ses impératifs biologiques et sociaux ? « Je dis à mes étudiants qu’ils seront dans la peau d’un député qui travaille sur un projet de loi », illustre Alain Roy, adepte du véganisme, un mode de vie consistant à ne pas consommer de produits issus des animaux ou de leur exploitation. « Je suis conscient que ça aurait pu déranger des gens, dit-il. Mais j’ai joué carte sur table dès le premier cours. Après un mois et demi, ma classe compte toujours 100 étudiants. »
8879

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires