Nominations

Deux nouvelles commissaires au droit de la personne!

Main image

éric Martel

2019-01-15 14:20:00

Deux avocates d’expérience s’ajoutent à l’équipe de Commission des droits de la personnes et des droits de la jeunesse.

Mes Anne-Marie Santorineos et Marie Laure Leclercq.
Mes Anne-Marie Santorineos et Marie Laure Leclercq.
La Commission des droits de la personne et de la jeunesse accueille deux nouvelles commissaires : Mes Anne-Marie Santorineos, avocate spécialisée en droits de la personne et Marie Laure Leclercq, avocate trans militant pour les droits des personnes LGBTQ2+.

Aux yeux de Me Santorineos, coordonnatrice à la rédaction chez la Société Québécoise d'information juridique (SOQUIJ), cette nomination n’est que la suite logique à son parcours, puisqu’elle a complété un mémoire portant sur l’accès à la justice dans le cadre de sa maîtrise à l’Université de Sherbrooke il y a un an et demi de cela.

« J’ai l’impression de venir boucler la boucle. Ça fait quelques années que j’étudie la question alors je suis prête », dit celle qui a déjà été avocate recherchiste au sein du Tribunal des droits de la personne du Québec.

D’autres enjeux tels que la discrimination, les délais dans le système de justice ainsi que le règlement des différends seront au coeur de ses mandats.

Compte tenu de son nouvel emploi du temps bien occupé, la coordinatrice a dû laisser tomber l’une de ses passions : l’enseignement. En effet, elle était de cours à la faculté de droit de l’Université de Sherbrooke pendant près de huit ans avant de tirer sa révérence.

« C’est avec grand regret que je laisse tomber ce poste. Même si j’étais débordée, je le conservais parce qu’il m’épanouissait. Être à l’Université n’était qu’un réconfort pour moi. »

Auparavant, la Barreau 2009 a également complété deux baccalauréats en sciences de la communication et en droit à l’Université de Montréal.

Une militante

Pour sa part, Me Leclerq a auparavant été présidente de la division pro bono du Barreau Canadien. Avocate chez De Grandpré Chait depuis près de 23 ans, elle se spécialise en propriété intellectuelle et technologies.

Au fil de sa carrière, l’ancienne de l’Université de Montréal a siégé au sein de divers conseils d’administration par l’entremise de Inno-centre Québec inc.

Barreau 1981, celle qui fait partie du palmarès des avocats de l’année 2018 de Droit-Inc a complété un MBA à l’Université McGill en 1982. Avant de se lancer en droit, elle avait obtenu un baccalauréat en génie électrique à la Polytechnique en 1977.

En 2018, elle a été la co-présidente du Comité pour la préparation d’excuses à la communauté LGBTQ2+ du premier ministre du Canada, Justin Trudeau.
7277

6 commentaires

  1. DSG
    préparation d’excuses
    I hate it when the government apologizes to a group of people on behalf of all Canadians. It's like I'm guilty of something. I personally didn't do anything to LGBTQ's (the 2+ I'm not sure because I don't know what a 2+ is) or to aboriginals. I wasn't even born when all those terrible things that were being done to the aboriginals. It's like being sorry just because I'm either straight, white or not 2+.

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a 5 ans
    Abolir la Commission
    Quel désastre cette Commission. Gaspillage de fonds publics éhonté.

    Il faudrait abolir cet organisme.

    Pas pour rien que le taux d'imposition est à 53%, on crée et nourrit ce genre de niaiseries là.

  3. Anonyme
    Anonyme
    il y a 5 ans
    Exaspéré des commentaires sans lien
    Félicitations à Mes Leclerq et Santorineos!

    Pour les autres: Est-ce trop demander des commentaires qui sont en lien avec le sujet d'une publication? Il y a assez d'articles portant sur les sujet dont vous discuter pour aller commenter... *facepalm*

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires