Nouvelles

Un prof de droit met la pression sur l’Université McGill

Main image

Didier Bert

2020-09-28 13:15:00

L’Université McGill doit en faire plus pour offrir un environnement sain à ses étudiants et à son personnel, affirme ce professeur à la faculté de droit.

Richard Gold, professeur titulaire à la faculté de droit et à la faculté de médecine de l’université McGill. Source : McGill
Richard Gold, professeur titulaire à la faculté de droit et à la faculté de médecine de l’université McGill. Source : McGill
Parmi les plus grandes universités canadiennes, l’Université McGill propose les mesures les plus faibles pour prévenir la transmission de la Covid-19, accuse Richard Gold, professeur titulaire à la faculté de droit et à la faculté de médecine de l’université montréalaise.

Richard Gold est également le directeur du Centre des politiques en propriété intellectuelle. Il est aussi titulaire d'une chaire James McGill.

« McGill a adopté l'attitude selon laquelle tout va simplement bien se passer. Nous avons déjà vu cette histoire et elle ne se termine jamais bien », pointe le professeur de droit dans un billet co-écrit avec Joanne Liu, professeure à la faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université McGill.

Leur texte est publié dans The Globe and Mail.

Les étudiants peuvent accéder aux salles de classe sans preuve de vaccination, mais avec le masque. Mais le port du masque n’est pas obligatoire pour les professeurs, illustrent les deux professeurs. La plupart des cours se déroulent en présence, alors que la distanciation physique n’est pas appliquée et que certaines salles sont mal ventilées, énumèrent-ils.

Or, « McGill avait promis aux étudiants que le campus serait sûr - non pas avec un risque zéro mais avec un risque raisonnable. Au lieu de cela, elle expose des étudiants, comme les receveurs d'organes ou les femmes enceintes, à un risque encore plus élevé, même s'ils sont vaccinés », accusent Richard Gold et Joanne Liu.

L’Université McGill n’exige pas de preuve de vaccination, parce que la loi québécoise l’interdit. Mais la même université a fait valoir devant un comité de l’Assemblée nationale que le gouvernement ne devrait pas exiger des universités une preuve de vaccination, pointent les deux professeurs.

« En d'autres termes, l'université fait du lobbying contre la seule mesure de santé que sa propre École de santé des populations et de santé mondiale a déclaré être essentielle à la lutte contre la Covid-19 », écrivent-ils.

Richard Gold et Joanne Liu concluent leur réquisitoire: « En prenant du retard sur les autres grandes universités, McGill met en danger ses plus vulnérables. Elle refuse de mettre en pratique le bon sens et les données probantes en matière de santé publique. Elle doit faire davantage, sinon des personnes vulnérables seront lésées sur son campus. »


399

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires