Carrière et Formation

Haro sur la grossophobie

Main image

Jean-francois Parent

2022-05-19 13:15:00

Chaque jour comporte son lot d’épreuves pour les personnes grosses.

Mme Edith Bernier et Me Josiane Rioux Collin. Les conférencières. Source: Site web de l'Association du Barreau canadien
Mme Edith Bernier et Me Josiane Rioux Collin. Les conférencières. Source: Site web de l'Association du Barreau canadien
Dans les milieux de travail, le réseau de la santé, les transports et les restaurants, que ce soit par le biais de discrimination ou d’obstacles à l’accessibilité, la grossophobie est présente partout.

C’est notamment ce qu’expliquera l’autrice et vulgarisatrice Edith Bernier, fondatrice et rédactrice en chef du site de référence Grossophobie.ca, lors d’une formation sur la question offerte par l’Association du Barreau canadien, le 31 mai prochain.

Edith Bernier sera accompagnée de Me Josiane Rioux Collin, chargée de cours et auxiliaire de recherche à la Faculté de droit à l’Université de Sherbrooke. Me Rioux Collin est également doctorante, spécialisée dans le rôle du droit dans la création et le maintien d'environnements favorables à la saine alimentation au Québec.

« L’une des bases de la discrimination envers les personnes grosses c’est qu’on continue d’associer le poids à un choix personnel », explique Edith Bernier. Si le surpoids relève de la responsabilité personnelle, discriminer est facile. Or, de plus en plus d’études scientifiques démontrent qu’il n’en est rien, ajoute-t-elle.

La loi muette

La législation reflète cette discrimination, puisque la discrimination basée sur l’apparence corporelle ou sur le poids, notamment, n’est pas un concept établi au Québec. C’est ainsi par exemple que des cas ont fait les manchettes dans les dernières années alors que des emplois ont été refusés à des postulants basé sur leur indice de masse corporelle.

On parle alors de discrimination socialement acceptable. Que faire, alors que les Chartes sont muettes sur la question, et que les lois sur le travail sont mal adaptées à cette réalité? Pourtant, plus de la moitié des Québécois, soit 58 %, affichent un surpoids ou sont aux prises avec des problèmes d’obésité.

Ailleurs dans le monde, aux États-Unis et en Europe notamment, des lois ont été adoptées pour endiguer ce type de discrimination.

La discrimination partout

Car même si elle n’est pas toujours évidente pour les gens minces, une telle discrimination se reflète partout, comme dans la conception des espaces, par exemple. Dans les milieux de travail par exemple, où « demander une plus grande chaise, ou des espaces de travail qui tiennent compte des besoins des personnes en surpoids est difficile », poursuit Edith Bernier.

On craint alors le jugement des autres, si tant est qu’on demande quelque chose. Et si un poste de travail n’est pas adapté, les risques de problèmes musculo-squelettiques se profilent. Cela, sans parler de l’accès aux promotions, limité par les préjugés.

Cette grossophobie—qui résulte d’attitudes hostiles à l’égard des gens en surpoids—se retrouverait très fréquemment dans le domaine médical également. On évite de consulter, de peur de se faire juger, ou pire, de se faire dire que le poids est la raison du problème. Cela pose de réels enjeux de santé publique, alors qu’on se retrouve avec des problèmes qui s’aggravent, faute d’avoir été diagnostiqués.

Il y plusieurs angles de cette formation sont susceptibles d’intéresser les juristes. C’est à l’aide d’exemples, en plus d’un survol de la jurisprudence sur le poids et le handicap en droit du travail que la formation sur la grossophobie sera abordée.

Pour s’inscrire à l’activité du 31 mai, c’est par ici.
7872

3 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 2 ans
    Le lobby des gros est une calamité pour eux, et non un soutien
    "obstacles à l’accessibilité"

    Facturer 2 sièges d'avions pour quelqu'un qui occupe 2 places, c'est du bon sens.


    "des emplois ont été refusés à des postulants basé sur leur indice de masse corporelle."

    Des emplois où la forme physique importait? Comme les assureurs ont le droit de discriminer (en refusant certains risques où en facturant des primes élevées), un employeur peut-il légitimement se préoccuper de l'impact des obèses sur les régimes d'assurance collective?


    "Si le surpoids relève de la responsabilité personnelle, discriminer est facile. Or, de plus en plus d’études scientifiques démontrent qu’il n’en est rien, ajoute-t-elle."

    Pour la très vaste majorité des gens, le surpoids est une conséquence de choix de vies, et non pas de "leurs hormones". Cesser de vous mettre la tête dans le sable.


    "On évite de consulter, de peur de se faire juger, ou pire, de se faire dire que le poids est la raison du problème."

    Quels problèmes? Diabète? Problèmes de genoux? Haute pression? Le surpoids est en cause, ce n'est pas seulement une "corrélation". Le médecin qui conseille à son patient de perdre du poids est un professionel responsable, et non pas quelqu'un qui "juge". Se priver de consulter pour cette raison relève également du choix personnel.

    Cessez de vous bercer avec des slogans feel-good à l'américaine, du genre "Big is beautiful". Vous ne rendez pas services aux obèses. La réalité, c'est que "Big is unhealthy".

  2. Marcel
    Marcel
    il y a 2 ans
    "Etre gros n'est pas un choix personnel"
    How about just putting the fork down?

  3. Anonyme
    Anonyme
    il y a 2 ans
    Joe connaissant
    Votre commentaire confirme à quel point une formation comme celle de Mme Bernier et Me Rioux Collin est essentielle pour faire comprendre les enjeux relié à la discrimination sur le poids! Je vous invite à y assister, cela vous permettra de comprendre quelque nuance qui vous échappe complètement…

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires