Nouvelles

La Messe rouge des avocats aura bien lieu

Main image

Camille Dufétel

2023-08-28 15:00:00

La Messe rouge des avocats, dont l’annulation avait été évoquée au printemps dernier, se tiendra finalement bien à la rentrée à Montréal.

Jean Lozeau et Jacques Darche Source: DS Avocats et BLG
Jean Lozeau et Jacques Darche Source: DS Avocats et BLG
La prochaine Messe rouge sera célébrée le matin de la rentrée judiciaire 2023, le jeudi 7 septembre à 8h30 à la Chapelle du Sacré-Cœur de la Basilique Notre-Dame, dans le Vieux-Montréal. Elle sera présidée par Mgr Christian Lépine, l’archevêque de Montréal.

Rappelons qu’il s’agit d’une messe solennelle célébrée chaque année par l’Église catholique pour tous les membres de la profession juridique, quelle que soit leur appartenance religieuse. Tous les avocats, les juges et les auxiliaires de la justice sont les bienvenus.

Pourtant, au printemps, on apprenait que l’événement devait être annulé.

Dans un article du Devoir daté de mai dernier, intitulé « La laïcité a-t-elle eu raison de la messe rouge des avocats de Montréal? », on lisait que cette tradition de plusieurs siècles, célébrée depuis les années 1940 à Montréal, n’aurait plus lieu.

« L’événement n’aurait plus la faveur de la communauté juridique dans un État qui se veut de plus en plus laïque », précise l’article. La fin avait été annoncée par le comité indépendant qui l’organisait depuis 1997.

Contacté par Droit-Inc, Me Jean Lozeau, avocat conseil - litige, commercial, faillite et insolvabilité chez DS Avocats, qui était un des membres du comité organisateur, explique qu’il y a eu finalement du changement depuis la décision du printemps dernier.

À l’initiative de Me Jacques S. Darche, associé chez BLG à Montréal qui se spécialise en litige commercial, a été créée la Société Saint-Yves de Montréal, une compagnie à but non lucratif.

« Jacques a fait des démarches auprès de l’archevêché pour qu’on puisse avoir Mgr Lépine, qui était d’accord, indique Me Lozeau. On s’est dit qu’on pouvait former une société indépendante pour maintenir cette tradition qui date de beaucoup de siècles, bien qu’on n'ait pas le ‘mailing’ du Barreau. »

Me Darche explique que Me Cristina Birks s’est jointe à eux et que la Société Saint-Yves de Montréal a été fondée le 19 mai dernier, « jour de la fête de Saint Yves, le patron des avocats qui a consacré sa vie à la justice et aux pauvres ».

L’idée de créer cette Société s’inspire selon lui « de ce qui se fait dans d’autres juridictions où des Saint Thomas More Societies s’occupent notamment d’organiser la Messe rouge en début d’année judiciaire auxquelles participent avocats, juges et auxiliaires de la justice ».

Deux années clés : 1997 et 2023

Me Lozeau rappelle qu’en 1997, le Barreau de Montréal, sous la présidence du bâtonnier Pierre Fournier, avait décidé que la messe n’aurait plus lieu dans le cadre de la journée du Barreau. Me Lozeau était alors membre du comité de la journée du Barreau.

« Avec Bernard Tellier, qui était sur l’organisation de la journée du Barreau avec moi, on a alors créé un comité indépendant, se souvient Me Lozeau. On avait la collaboration du Barreau de Montréal pour faire le ‘mailing’, excepté que ce n’était plus le Barreau qui organisait la Messe rouge. » Depuis, c’est ce comité, mis sur pied avec d’autres confrères, qui organisait l’événement.

« Cette année, à cause de tout ce qu’il se passe au sujet des activités ayant une connotation religieuse, je voulais faire le point avec les gens du Barreau sur la Messe rouge, pointe Me Lozeau. Naturellement, dans les dernières années, à cause de la pandémie, il y a eu moins de monde. Et le dernier juge responsable de la Messe rouge, André Prévost, prenait sa retraite. »

C’est là qu’il a été décidé que le Barreau de Montréal ne collaborerait plus à l’événement et ne relaierait plus sa tenue.

« Je peux comprendre leur point de vue, déclare Me Lozeau. Étant donné qu’on n’avait plus leur collaboration pour le mailing et que peu de gens y ont assisté au cours des dernières années, qu’André Prévost prenait sa retraite… Les autres membres du comité se sont dit qu’on allait abandonner cette messe. »

Une tradition

Mes Darche et Lozeau ne pouvaient toutefois pas croire qu’une aussi vieille tradition allait se perdre ainsi.

« Je peux comprendre qu’un organisme comme le Barreau ne veuille pas être sous les feux de la rampe et collaborer à une activité qui a une connotation religieuse, on ne va pas le nier, assure Me Lozeau. Mais pour moi, il faut se replacer et voir comment ça a commencé. Tout le monde, de n’importe quelle communauté religieuse, a toujours été le bienvenu. J’y vois beaucoup plus une activité qui réunit les avocats, les juges, etc… »

Il estime que pendant des années, cela a été une cérémonie magnifique. « Oublions la connotation religieuse! Tout ce que je veux, c’est perpétuer une tradition. Je m’en serais voulu, si je n’avais pas eu le coup de pouce de Jacques Darche, de ne pas continuer cette activité. »

Les deux professionnels du droit se connaissent de très longue date, Me Lozeau rappelant qu’ils sont deux avocats de faillite.

D’anciens membres du comité indépendant créé en 1997 se sont aujourd’hui joints à la Société Saint-Yves de Montréal et participent à l’organisation de l’événement. Ils continuent à effectuer des démarches pour réunir le plus grand nombre de personnes.

Pour Me Lozeau, le choix de se présenter à la messe est personnel, il sait que certains juges participeront à ce moment de recueillement, et que d’autres non. Encore une fois, il comprend que « des organismes qui représentent des gens » prennent leur distance.

Depuis qu’il s’implique pour cet événement, il s’y sent pour sa part personnellement lié et estime qu’il a le devoir de continuer. Il a même motivé sa fille Stéphanie, avocate criminaliste, à venir!
6442

2 commentaires

  1. SB
    Merci, Messieurs!
    "La longévité est une forme de grandeur", disait l'autre.

  2. DSG
    Messe pour avocats?
    If there’s a god, we’re in big trouble.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires