Nouvelles

L’art de séduire avec une Smart

Main image

Daphnée Hacker-b.

2015-07-17 15:00:00

Après un début de carrière en litige, cet avocat s’est aventuré dans un tout autre univers : celui de la voiture en libre-service. Rencontre avec le directeur général de Car2go Montréal...

Dans le cadre d’une série spéciale, Droit-inc s’entretient deux fois par mois avec des avocats qui ont choisi de s’écarter de la pratique traditionnelle du droit pour exercer des fonctions autres que celles de plaideur ou de conseiller juridique.

Me Jérémi Lavoie, directeur général de Car2go Montréal
Me Jérémi Lavoie, directeur général de Car2go Montréal
Depuis près de deux ans, Me Jérémi Lavoie sillonne les rues de Montréal dans une petite voiture Smart. Comme les quelque 28 000 membres du service d’autopartage Car2Go, il utilise le véhicule lorsqu’il en a besoin, sans avoir à réserver, puis il le laisse disponible aux autres à l’endroit de son choix.

Appuyant le poing fermement sur la table, l’avocat de formation est convaincu et convaincant : l’avenir du transport réside dans le partage des véhicules, du moins pour les zones densément peuplées. « Les gens à l’aise avec les nouvelles technologies sont en général très favorables, ils comprennent que pour les courts déplacements, c’est la clé », lance le juriste.

Faire la promotion de Car2Go à Montréal et mettre sur pied l’équipe, c’est le rôle de Me Lavoie depuis près de deux ans. L’entreprise, filiale du constructeur allemand Daimler, est déjà présente dans plus de 30 villes et prend de l’expansion à Montréal à une vitesse fulgurante depuis son implantation à l’automne 2013.

Pour assurer le succès du produit, Me Lavoie a dû apprendre l’art de la vulgarisation, constamment sollicité par les médias pour expliquer en quoi consiste Car2Go. Un art bien différent de celui qu’il pratiquait comme avocat à la direction des affaires juridiques et législatives du Ministère de la Justice durant trois ans ou comme conseiller juridique pour le fabricant d’éoliennes Enercon, où il a travaillé de 2012 à 2013. Ce qui l’a motivé à faire ce grand virage de carrière ? Droit-inc lui a posé la question.

Droit-inc : Pourquoi avoir renoncé au droit?

Me Lavoie a toujours eu un côté entrepreneur
Me Lavoie a toujours eu un côté entrepreneur
Me Jérémi Lavoie : J’ai toujours eu un côté entrepreneur qui aimait l’idée de bâtir une équipe, de faire naître un projet. Le fait que la bannière Car2Go existait ailleurs a conforté mon côté avocat. Quand on m’a approché, je n’ai pas hésité !

Qu’est-ce que Car2Go vous apporte de plus que vos emplois précédents?

Des tâches très diversifiées, de la gestion des ressources humaines aux enjeux technologiques, en passant par les relations publiques et le marketing. Je touche directement à tous ces secteurs. Quand j’étais avocat, tant à Enercon qu’au ministère de la Justice, je touchais à plusieurs dossiers divers, mais toujours d’un point de vue juridique, c’est là la grande différence.

Vous avez étudié en droit, en plus d’avoir un MBA. Mais aucune formation en communication… Est-ce difficile de faire des relations publiques ?

C’est tout un art je dirais ! J’ai découvert le monde de la persuasion grand public, bien différente de celle en droit, où on s’adresse à un interlocuteur qui a souvent passé des heures à lire le dossier. Chaque mot doit être bien pesé, car ils peuvent avoir un grand impact sur la réputation de la compagnie. Quand je rencontre un politicien, un journaliste, ou un futur membre Car2Go, le principe est le même : je dois concocter rapidement un message clair et digeste, et en quelques phrases-clé leur faire comprendre le service et ses bénéfices.

Justement, quels sont les bénéfices ?

Me Lavoie a étudié en droit en plus d'avoir un MBA, mais n'a aucune formation en communication
Me Lavoie a étudié en droit en plus d'avoir un MBA, mais n'a aucune formation en communication
Ça permet d’optimiser l’utilisation des voitures. Au lieu d’avoir une voiture privée stationnée la majorité du temps, un seul véhicule d’autopartage peut servir à des dizaines de personnes. Ça désengorge les routes et les stationnements. Par exemple, l’autre jour, je suis venu au travail avec une auto Car2Go. Moins de cinq minutes après, j’ai vu dans le système qu’un autre utilisateur l’a prise, et toute la journée, elle s’est promenée aux quatre coins de la ville, servant à plusieurs personnes pour de petits déplacements. Puis, le soir, au moment de repérer la voiture que je prendrais pour rentrer chez moi, je suis tombé sur cette même voiture, stationnée presque au même endroit où je l’avais laissé ! C’est le nouveau paradigme. Il faut arrêter de chercher à construire de nouveaux stationnements ou à augmenter la taille des autoroutes… L’heure est à l’optimisation.

En quoi votre formation en droit vous aide dans vos fonctions à Car2Go ?

Premièrement, ça permet de ne pas être intimidé par les documents et le jargon juridique. Montréal et ses arrondissements rendent l’implantation du service complexe, puisqu’il faut se faire accorder la vignette universelle par chaque mairie (qui permet aux utilisateurs de se stationner presque partout). Deuxièmement, le droit nous aide a avoir un esprit très critique, à constamment regarder l’autre côté de la médaille et à bien considérer tous les risques avant de prendre une décision.

Est-ce que vous avez fait une croix sur votre carrière d’avocat, ou vous restez ouvert à l’idée de pratiquer à nouveau le droit un de ces jours ?

Je n’écarte aucune possibilité, on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve. J’aimais beaucoup ce que je faisais comme avocat, mais Car2Go m’a approché et leur projet prometteur m’a convaincu d’embarquer. Peu importe le travail, je reste persuadé que le plus important, c’est d’être inspiré par ce qu’on fait.
9623

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires