Nouvelles

Nouvelles insolites !

Main image

Delphine Jung

2017-04-21 13:15:00

Un magistrat étourdi, une condamnation insolite et des voleurs de manchots épargnés… Voici les insolites

Un magistrat oublie de présider une audience

Jean-Jacques Bagur
Jean-Jacques Bagur
Une salle d’audience vide… Voici ce qu’ont trouvée des avocats et cinq personnes qui devaient comparaître mercredi après-midi, à Marseille. Seul manquant à l’appel, le magistrat Jean-Jacques Bagur. Malgré les appels et les recherches de la greffière et de la secrétaire générale, il est demeuré absent, a rapporté le journal La Provence.

Une remplaçante a finalement été trouvée. C’est avec deux heures de retard que les comparutions ont alors pu commencer, le temps que la juge Sophie-Marie Boyer prenne connaissance des dossiers.

Il s’agissait finalement d’un simple oubli de la part du juge, qui avait interverti deux jours dans son agenda.

Les voleurs de manchots gagnent du temps

Les voleurs de manchots gagnent du temps
Les voleurs de manchots gagnent du temps
Mercredi, la justice sud-africaine a décidé de suspendre ses poursuites contre deux défenseurs des animaux.

Adrian Donian et Emile du Plessis avaient décidé, en septembre dernier, d’enlever puis relâché dans l’océan Indien un manchot élevé en captivité, a rapporté l’AFP.

Ils étaient ainsi entrés par effraction dans un parc aquatique de Port-Elizabeth pour venir au secours de Buddy, un manchot de 3 ans, avant de le relâcher sur une plage. Le but était de protester contre la captivité des animaux.

Le responsable du parc était plutôt inquiet du sort du manchot, expliquant qu'il n'était pas apte à survivre dans la nature après sa longue captivité.

Les poursuites ont été suspendu car le parquet n'a toujours pas pris formellement la décision de les poursuivre.

Buddy n'a jamais été retrouvé depuis sa libération.

Obligé de twitter sa condamnation depuis sa cellule

Luis Pineda, un espagnol condamné pour diffamation se retrouve obligé de tweeter sa peine depuis la prison, a rapporté l’AFP.

Il a été jugé par le tribunal de Séville pour avoir insulté et accusé de plusieurs délits le porte-parole d’une association de consommateurs sur Twitter. Lui-même était président d’une association du même type.

C’est la victime qui a demandé cette condamnation plutôt insolite. Ainsi, il a été condamné à effacer les 57 tweets incriminés et à publier, pendant 30 jours, le texte de sa condamnation sur le réseau social.

À l’heure actuelle, il a refusé d’exécuter cette peine et même de prendre connaissance du jugement.
3070

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires