Nouvelles

Demande d’action collective contre les fournisseurs d’acier japonais

Main image

Mathieu Galarneau

2019-11-26 14:15:00

Ces aciéries fournissaient le métal pour les constructeurs automobiles… mais ne respectaient pas les normes, selon la poursuite. Qui est l’avocate?

Me Careen Hannouche représente la plaignante. Photo : Site Web de Klein Avocats Plaideurs et de Nikkei Asian Review
Me Careen Hannouche représente la plaignante. Photo : Site Web de Klein Avocats Plaideurs et de Nikkei Asian Review
Une action collective visant des fournisseurs de pièces d’automobile japonais a récemment été déposée au palais de justice de Montréal.

La plaignante Danielle Dallaire, de Québec, vise à obtenir un dédommagement de Kobe Steel, Shinko Aluminum Wire, Shinko Wire Stainless et Nippon Koshuha Steel. Elle est représentée par Me Careen Hannouche de Klein Avocats Plaideurs.

C’est en 2017 qu’éclate ce qui est maintenant connu comme le scandale Kobe Steel. Les fournisseurs d’acier pour les constructeurs automobiles de partout sur la planète ont falsifié des données de fabrication pendant une quarantaine d’années. Ainsi, les pièces fournies ne répondaient pas aux standards établis par l’industrie.

Parmi plus de 500 clients floués, on retrouve Toyota, Honda, Mazda et General Motors, par exemple.

La révélation de ce scandale a mené aux départs du président de Kobe Steel Hiroya Kawasaki et d’Akira Kaneko, chargé de la division aluminium et cuivre où des membres de la hiérarchie ont été impliqués dans les malversations, rapportait l’AFP en 2018.

Selon la demande d’action collective de Mme Dallaire, les plaignants vivent toujours avec un danger, particulièrement si une collision a lieu, une durée de vie moins grande de leur véhicule, et des coûts pour réparations ou remplacement, incluant une perte d’utilisation de leur véhicule.

Tous les propriétaires d’un véhicule Toyota, Honda, Mazda, Subaru, General Motors, Tesla, Nissan, Kia, Hyundai acheté neuf ou usagé entre 2002 et 2018 seraient inclus dans cette action collective.

Mme Dallaire demande compensation pour cette fraude, ainsi que des dommages punitifs.
3950

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires