Nouvelles

Action collective contre une entreprise « de haute technologie »

Main image

Marie-Ève Buisson

2024-06-18 10:15:34

Me Maxime Nasr. Sources: Belleau Lapointe, CAE et Canva
Me Maxime Nasr. Sources: Belleau Lapointe, CAE et Canva
Une demande d’action collective a été intentée contre une entreprise qui aurait fait des déclarations publiques contenant des informations « fausses »… Les avocats sont?

L’avocat Maxime Nasr du cabinet Belleau Lapointe a déposé une action collective contre l’entreprise CAE qui aurait fait des représentations « fausses et trompeuses ».

L’avocat allègue, dans sa demande d’action collective, que le spécialiste des simulateurs de vol (CAE) a induit en erreur les investisseurs.

En effet, le 10 août 2022, CAE annonce qu’elle comptabilise des ajustements défavorables de 28,9 millions $ en lien avec deux contrats aux États-Unis. Ces contrats seraient affectés notamment par l’inflation et la pénurie de main-d’œuvre.

Dans les mois qui suivent cette annonce, CAE assure que les enjeux qui plombent ces deux contrats sont anecdotiques et qu’il n’y aura pas d’autres « surprises » du même type.

Pourtant, entre les mois de février et mai 2024, CAE aurait annoncé que huit contrats affectés l’obligent à enregistrer une perte de valeur de plus d’un demi-milliard de dollars.

La réaction des marchés est immédiate et les titres de CAE cèdent plus de 10 % de

leur valeur sur les bourses de Toronto.

Les membres du groupe sont: « Toute personne ayant acquis un ou des titres de CAE entre le 10 août 2022 et le 21 mai 2024 inclusivement et qui détenait toujours une partie ou la totalité de ces titres à l’ouverture des marchés boursiers le 22 mai 2024 ».

Le demanderesse Nicole Audet réclame donc à CAE de payer à chaque membre du groupe des dommages-intérêts.

366

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires