Me Karim Renno, avocat du défunt
Me Karim Renno, avocat du défunt
En effet, c’est par le décès de Louis R. Desmarais que se conclut la dispute – d’une valeur de 75 millions de dollars – au sein de la riche famille. Il n’y aura donc jamais de jugement, a confirmé au Journal de Montréal Me Karim Renno, avocat du défunt.

Rappelons que Louis Desmarais avait, en 2014, entamé des procédures contre la succession de son frère. Il disait avoir vendu 60 000 actions à son frère en 1979, mais que cette vente était conditionnelle à un éventuel retour des actions. Or, personne n’avait entendu parler de cette prétendue entente, d’autant plus qu’aucun écrit ne la constatait.

La succession de Paul Desmarais prétendait que cette poursuite était abusive, et, représentée par Me Marc-André Boutin, de Davies Ward Phillips & Vineberg, demandait même une indemnité pour la perte de temps.

Après le décès de Louis Desmarais, sa propre succession a décidé de ne pas poursuivre la cause devant les tribunaux. De même, la succession de Paul Desmarais a renoncé à l’indemnité réclamée.