Mes Marc-Antoine Cloutier et Maxime St-Onge. Photos : Site Web de Trivium
Mes Marc-Antoine Cloutier et Maxime St-Onge. Photos : Site Web de Trivium
La famille Duceppe entame lundi une poursuite au civil contre les résidences Lux Gouverneur et réclame 1,25 million de dollars pour « grave négligence » causant la mort d'Hélène Rowley Hotte Duceppe, la mère de Gilles Duceppe, en janvier 2019.

Dans leur demande, les proches d'Hélène Rowley Hotte réclament un tel montant en « dommages-intérêts compensatoires et punitifs en raison de la grave négligence » des résidences.

C’est Me Marc-Antoine Cloutier, aidé de Me Maxime St-Onge, qui représentent les intérêts de la famille Duceppe dans cette histoire.

« S'ils avaient mis en place des mécanismes de sécurité efficaces, si leurs employés avaient suivi certaines directives (...) si on n'avait pas menti aux pompiers, si on avait vérifié derrière la porte, Mme Duceppe serait toujours en vie aujourd'hui », estime Me Cloutier.

Hélène Rowley Hotte, la mère de l'ex-chef du Bloc québécois Gilles Duceppe, est morte d'hypothermie le 20 janvier 2019, après avoir entendu une alarme d'incendie. Souffrant de surdité, Mme Rowley Hotte n'a pas entendu le message indiquant qu'elle n'avait pas à évacuer et a été incapable de revenir à l'intérieur de l'immeuble par la suite.

« Dans le cas du Lux Gouverneur où on vend une sécurité accrue (...) c'est d'autant plus choquant que Hélène Rowley Hotte a pris la décision de débourser davantage pour garantir sa sécurité et que, finalement, ce se soit reviré contre elle d'une certaine manière », continue Me Cloutier.

La famille Duceppe avait mis en demeure, en juillet 2019, la résidence Lux Gouverneur, et réclamait 1,14 million. Puisque la résidence n’a pas admis sa faute, la famille estime qu’elle doit entamer une poursuite judiciaire.