Source: Shutterstock
Source: Shutterstock
Le Conseil privé du Canada est parti à la chasse aux candidats pour combler deux postes de mandarins taillés sur mesure pour les avocats.

Le premier est la présidence de la Commission du droit du Canada. Cet organisme est mandaté pour fournir au gouvernement fédéral des conseils indépendants sur les mesures d’amélioration, de modernisation et de réforme pour assurer un système juridique équitable répondant à l’évolution de la société canadienne.

Parmi les thèmes que le futur président devra aborder, on compte le racisme systémique dans le système de justice, l'accès à la justice, les questions juridiques liées au changement climatique, l’établissement d’une nouvelle relation avec les Autochtones et les changements technologiques rapides.

Selon les exigences du Conseil privé, le président devra résider dans la région d’Ottawa, être représentatif de la diversité culturelle canadienne et avoir une connaissance adéquate en droit civil et en common law.

L’échelle salariale est de 195 000 $ à 229 300 $ avec à la clé un généreux régime de retraite et la gamme usuelle d’avantages sociaux conférés aux hauts fonctionnaires.

La présidence de la Commission canadienne des droits de la personne est aussi vacante. Le poste est actuellement occupé par Marie-Claude Landry, une avocate avec une longue feuille de route dans plusieurs organisations québécoises et fédérales qui a également été très active au sein du Barreau du Québec.

La prochaine personne qui occupera ce poste devra piloter une série d’initiatives touchant les droits de la personne, l'accessibilité pour les personnes handicapées et l’équité en matière d’emploi, de logement et de salaire.

Selon les données les plus récentes, en 2020, 49 000 personnes ont déposé une plainte devant la Commission et 1 030 d'entre elles ont été retenues. Le gouvernement fédéral a été visé par la moitié de ces plaintes, suivi par le secteur privé (41 %) et les bandes et conseils de bande des Premières Nations (7 %).

Le profil du candidat qui occupera ce poste, dont l’échelle salariale est en cours de révision, est éloquent. Le candidat retenu devra être novateur, orienté vers l’action, réfléchi, moral, avoir des capacités interpersonnelles supérieures et incarner des valeurs d’inclusion, de diversité, d’équité, d'accessibilité et de lutte contre le racisme.