Un stage est un accès potentiel à l'emploi. C'est en tout cas ce que prouve le parcours de Céline Poitras qui vient d'être embauchée par Blakes à la suite de son assermentation le 11 décembre dernier.

Céline Poitras a été recrutée par Blakes à l'issue de son stage et de son assermentation
Céline Poitras a été recrutée par Blakes à l'issue de son stage et de son assermentation
Elle a rejoint le cabinet il y a plus de deux ans, en tant qu'étudiante. C'était l'été 2010. Elle revient l'été suivant pour les mêmes raisons. Au moment du stage dans le cadre de la formation au du Barreau, son choix se porte naturellement vers Blakes.

Elle s'y forme alors pendant six mois. "Le cabinet a mis en place un système de rotations donc j'ai pu travailler avec les groupes du droit des affaires, du litige et des technologies de l’information", précise-t-elle.

Et c'est ce dernier qu'elle rejoint : "j'ai travaillé avec eux tout au long de mon stage et j'ai toujours eu de bonnes relations avec les gens du groupe", confie la jeune avocate originaire du Nouveau-Brunswick.

Une embauche qui s'est concrétisée le 8 janvier et que l'associé administrateur du bureau de Blakes à Montréal Robert Torralbo a commenté ainsi : "en raison de son intérêt marqué pour le droit des sociétés et le droit commercial, particulièrement dans le secteur des technologies, Céline Poitras constitue un ajout idéal au groupe technologies de l’information. Nous sommes heureux que Mme Poitras se joigne à notre équipe et nous lui souhaitons beaucoup de succès."

Cette diplômée en droit de l'Université McGill collaborera avec Sunny Handa, chef du groupe de pratique, au sein du groupe dédié au droit des technologies au Canada. Un secteur qui motive fortement la jeune femme, comme elle le reconnaît : "c'est un domaine qui évolue constamment ; cela représente un beau défi car il faut être à l'affût des derniers changements."

Elle envisage le début de son parcours professionnel avec humilité. "Je commence tout juste donc je veux apprendre un maximum des personnes avec lesquelles je travaille et qui sont des experts dans leur domaine et je verrai où ma carrière va me mener", répond la titulaire d’un baccalauréat en administration des affaires de l’Université de Moncton.

En attendant, elle prend les choses au jour le jour, ou plutôt "une année à la fois", et goûte la satisfaction d'exercer un métier qui l'amène à relever des défis. "Chaque jour est un nouveau défi ; de plus on touche de nouveaux domaines au quotidien que ce soit dans les fusions et acquisitions, la propriété intellectuelle et bien sûr les nouvelles technologies", conclut l'avocate.