Nouvelles

L’avocat galeriste

Main image

Agnès Wojciechowicz

2011-08-25 15:00:00

Comment conjuguer son métier et sa passion ? Un avocat québécois a trouvé la solution. Par amour pour l’art contemporain, il a décidé de transformer son cabinet en galerie d’art, tous les week-ends.

L'art est une histoire de famille chez Me Stephen Angers
L'art est une histoire de famille chez Me Stephen Angers
Comme Obélix, il est tombé dedans quand il était petit. Sauf que la marmite de Me Stephen Angers, n’était pas remplie de potion magique mais de tableaux... "Dans ma famille, cela fait plusieurs générations que l’on collectionne les œuvres d’art", explique-t-il.

Ses parents et ses grand-parents avaient une importante collection d’art canadien, composée notamment d’œuvres de René Richard, Léo Ayotte, Susor Côté ou encore Marc-Aurèle Fortin. Il se souvient que ce dernier était même venu dîner chez sa grand-mère."Depuis ma tendre enfance, j’ai donc baigné dans un monde entouré de tableaux", se rappelle Me Angers.

Le droit en héritage

Pour autant, au moment de choisir ses études, il opte pour le droit et la Faculté de l’Université de Montréal. Peut-être que les gênes y sont pour quelque chose... Son grand-père, Auguste Angers était issu d’une famille comptant plusieurs générations de juristes. Il fut lui-même procureur de la Couronne, plaidant à la cour Suprême comme deuxième avocat lors de grandes causes constitutionnelles au début du siècle. Mais il perdit son emploi lors de l’arrivée de Duplessis au pouvoir.

Alors qu’il étudie le droit, Stephen Angers pratique également l’escrime à un niveau très élevé, allant jusqu’à faire partie de l’équipe olympique canadienne à Séoul en Corée en 1988. Et c’est au cours d’un de ses voyages de compétition, qu’il découvre l’art contemporain. "J’étais complètement ignorant au départ, confie-t-il, et j’ai découvert que l’art contemporain était vaste, varié et intéressant par sa diversité, son côté éclaté et provocateur." C’était à Paris, il y a 20 ans. Il revient au Québec avec sa première pièce contemporaine: une œuvre de Rachel Laurent. C’est le début d’une collection qui compte aujourd’hui près d’une centaine d’œuvres amassées au fil du temps.

Du virtuel au réel

Il y a 5 ans, il commence à échanger certaines de ses œuvres et à développer des liens avec différentes galeries, créant une galerie virtuelle. En 2009, cet ancien procureur de la Couronne décide de sauter le pas et d’ouvrir avec son partenaire d’affaires, Pierre Jamison, un lieu où il exposera ses pièces contemporaines. "Pierre est également un passionné d’art mais il n’appartient pas au milieu juridique, prévient-il en riant. Et c’est lui qui m’a soufflé l’idée.”

La salle de réunion devient une partie de la galerie le week-end
La salle de réunion devient une partie de la galerie le week-end
Le projet est donc de transformer le condo commercial, siège du cabinet de Me Angers aujourd’hui installé à son compte, en une vraie galerie d’art. "C’est un bureau d’avocats 5 jours par semaine et une galerie en fin de semaine", dit-il. Une initiative inédite à Montréal qui voit officiellement le jour le 17 mai dernier sous le nom de Galerie Angers.

Depuis lors, les réactions de ses collègues avocats, juristes ou magistrats, qui viennent découvrir les lieux, sont très positives. "Ils trouvent que c’est une belle façon de changer du bureau traditionnel d’avocats", rapporte Me Angers.

Roy Heenan comme modèle

Si l’envie de trouver un écrin pour ses œuvres a été importante dans la concrétisation de ce projet, l’admiration qu’il porte à un autre avocat a également été influente dans la création de la galerie. "J’ai été très inspiré par Roy Heenan d’Heenan Blaikie qui possède l’une des plus belles collections d’art contemporain, abritée par ses bureaux de Montréal, Toronto, Vancouver ou Calgary, livre Me Angers. Il a commencé lui aussi à collectionner ses premières œuvres dans sa vingtaine". Il espère d’ailleurs avoir l’occasion de rencontrer ce grand collectionneur, un jour.

Mais qu’est-ce qui relie le droit et l’art dans la vie de l’avocat, hormis un lieu commun? "En tant que plaideur spécialisé en litiges, je suis amené tel un comédien de théâtre, de faire preuve de créativité, de cœur et de passion. Donc le lien entre les deux, n’est pas si paradoxal", conclut l’avocat.

Le cabinet Stephen Angers devient la galerie Angers les samedi et dimanche
Le cabinet Stephen Angers devient la galerie Angers les samedi et dimanche


16810

4 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 12 ans
    Belle visite!
    J'y suis allé faire un tour, c'est très intéressant et original.

    Me Angers fait preuve d'une belle créativité!

    C'est un endroit très inspirant pour travailler.

  2. Véronique Robert
    Véronique Robert
    il y a 12 ans
    WOW
    Wow!!!

    Rien d'autre à dire. ;-)

  3. Ploc
    Bravo à Me Angers
    Un confrère bien sympathique qui a de bonnes idées.

  4. Me
    Me
    Bravo! Très belle initiative. Sauf que ça n'existe pas "étude légale". Ça n'a jamais existé (sauf si on est analphabète). Alors Me Angers aurait grand intérêt à enlever cette expression de sa vitrine.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires