Nouvelles

Santé Canada homologue des granules qui font l'objet d'une action collective

Main image

Radio -canada

2018-03-05 10:25:00

L'organisme fédéral entend revoir son processus d'homologation...

Gaétane Morin
Gaétane Morin
L'Oscillococcinum, un produit homéopathique antigrippal qui prétend être utile contre des symptômes tels que les courbatures, les maux de tête, les frissons et la fièvre, est homologué par Santé Canada, mais une poursuite allègue que ses effets n'ont rien de miraculeux.

Deux consommatrices québécoises se sont procuré en pharmacie ce médicament homéopathique et l’ont essayé à quelques reprises, sans succès.

« Quand je commençais à avoir une congestion, oreille, nez, j'essayais (l'Oscillococcinum) avant de tomber sur les antibiotiques », explique Gaétane Morin. « J'ai essayé à trois reprises. La première fois, je me disais je ne l’ai peut-être pas pris comme il faut, peut-être que je n’avais pas vraiment les symptômes de grippe, mais ça n'a pas marché », ajoute Mireille Noël.

Rien d’un médicament

Mireille Noël
Mireille Noël
La chimiste Alexandra Furtos, spécialiste en spectrométrie à l’Université de Montréal, a analysé pour La Facture les composants des granules d’Oscillococcinum.
Avec ses appareils, elle n’y a trouvé que du sucrose et du lactose, rien d’autre.

Ce médicament s’achète en pharmacie dans différents formats. Une dose revient environ à 1 $.

Action collective contre l’Oscillococcinum

Alexandra Furtos, spécialiste en spectrométrie à l’Université de Montréal
Alexandra Furtos, spécialiste en spectrométrie à l’Université de Montréal
Mireille Noël et Gaétane Morin se sont inscrites, comme 1575 autres personnes au Canada, à une action collective contre l’Oscillococcinum de la compagnie Boiron. On y allègue que ces granules ne sont que du sucre et du lactose. En raison des procédures légales, la compagnie Boiron a refusé notre demande d’entrevue. Boiron indique sur sa boîte que son produit contient aussi du foie et du coeur de canard en dose homéopathique.

Aux États-Unis, une action collective contre tous les produits homéopathiques de Boiron a déjà été entreprise. Elle a mené à une entente à l'amiable de 5 millions de dollars américains.

Le seul effet : l'effet placebo

Le pharmacologue Jean-Louis Brazier
Le pharmacologue Jean-Louis Brazier
D'après la littérature scientifique consultée, le seul véritable effet des granules homéopathiques est l’effet placebo.

La compagnie Boiron affirme plutôt que son produit « réduit la durée des symptômes de la grippe ». Quelques études, peu nombreuses, citées par Boiron, corroborent cette hypothèse.

Le pharmacologue Jean-Louis Brazier, professeur émérite à l’Université de Montréal, se montre très sceptique.

L’avocat Jeff Orenstein a intenté le recours au Canada. Selon lui, en plus de perdre de l’argent, l’acheteur de ce produit homéopathique risque, parfois, de se rendre encore plus malade.

L’avocat Jeff Orenstein
L’avocat Jeff Orenstein
Pourtant, tous les produits de la compagnie Boiron, comme l’Oscillococcinum, sont homologués par Santé Canada. Une homologation qui est gage de qualité, d’innocuité et d’efficacité, peut-on lire sur le site Internet de Santé Canada.

Plus exactement, les produits homéopathiques portent bien un DIN associé à tous médicaments, mais il est suivi d’un HM, qui précise qu’il s’agit d’un produit homéopathique. Une façon de procéder qui peut confondre les consommateurs.

Deux poids, deux mesures

Lors de l’homologation d’un médicament traditionnel, Santé Canada oblige le fabricant à produire de nombreuses études scientifiques et cliniques, tandis que pour les produits naturels, dont fait partie l’homéopathie, une simple référence à un document historique peut suffire.

Manon Bombardier est directrice générale des produits de santé naturels à Santé Canada.
Manon Bombardier est directrice générale des produits de santé naturels à Santé Canada.
Manon Bombardier est directrice générale des produits de santé naturels à Santé Canada. Elle affirme que Santé Canada révise actuellement la manière dont l’homologation pourra être obtenue pour les produits de santé naturels.

L’homologation se fondera sur le degré de risques.

« Ce qu’on veut, c'est que le niveau de preuves soit basé sur le niveau de risque du produit. Par exemple, si un produit homéopathique ou un médicament sans ordonnance dit qu’il va protéger contre le rhume ou traiter les symptômes du rhume, à ce moment-là, on demanderait des tests cliniques pour supporter l'allégation et l'autorisation du produit », indique Manon Bombardier.

Il est impossible toutefois de savoir quand cette nouvelle homologation entrera en vigueur. D’ici là, c’est au consommateur de s’informer sans se fier à l’homologation actuelle.
4933

6 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    Action collective
    L'action collective n'avait pas été autorisée par la Cour supérieure, en passant. C'est la Cour d'appel qui l'a autorisée, en laissant entendre que la procédure d'autorisation n'est peut-être plus utile, considérant les critères applicables. C'est mal comprendre la norme d'autorisation que de présumer de la faute d'un manufacturier que de présumer qu'il y a un problème avec un produit simplement parce qu'il fait l'objet d'une action collective.

    Si tu veux un produit qui contient de l'ingrédient actif, peut-être que tu devrais acheter autre chose que de l'homéopathie?

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    Comment respecter la loi sans compromettre l'efficacité d'un tel produit ?
    "Si tu veux un produit qui contient de l'ingrédient actif, peut-être que tu devrais acheter autre chose que de l'homéopathie?"


    C'est un beau problème juridique, parce que dans le cas des produits de ce type l'ingrédient actif est du "rien pantoute", mais si on est trop explicite à ce sujet sur dans l'étiquettage (par la mention "produit homéopathique", ou en détaillant les ingrédients) on risque de compromettre l'effet placebo, dont le propre est de ne pouvoir fonctionner que par le maintient d'un certain voile sur la composition d'un produit.

    Bref, il faut vendre un petit verre de l'eau à 30$ pour que ça ait des chances de marcher (pour certains), sans dire qu'on vend de l'eau sinon ça devient du vent (sauf pour celui qui encaisse l'argent).

    Le droit semble mal équipé pour traiter ce type de situation...

  3. BJ
    Du bluf!
    Essayer de se soigner avec des produits homéopathiques c'est comme verser une bière dans une piscine et essayer de se saouler en n'en buvant le contenu...

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 6 ans
      Et après...
      ... poursuivre le fabricant parce qu'on a pas senti les effets de l'alcool...

  4. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    Facile
    Il n'y a qu'à distribuer le produit en question à des influenceurs instagram. On accompagne d'une petite carte personnalisée (#allnatural and made with #love) et voilà! Le tour est joué. Ils feront les fausses représentations à votre place et vous vous assurerez un effet placebo du tonnerre.

  5. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    Effectivement!
    Parce qu'en fait, il faudrait juste fermer la rangée des produits homéopathiques. Il n'y a pas de raison particulière pour que seul ce produit écope.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires