Nouvelles

Juriste trans recherche justice

Main image

Delphine Jung

2018-03-07 14:30:00

Cette juriste de McGill se bat pour améliorer les droits de sa communauté.

Florence Ashley se bat pour améliorer les droits de sa communauté
Florence Ashley se bat pour améliorer les droits de sa communauté
Pour elle, le Québec est clairement en retard sur ce sujet et les avocats devraient plus échanger avec les personnes trans pour comprendre ce qu’ils -ou elles- vivent.

Née dans un corps d’homme, Florence Ashley n’a pourtant pas envie de choisir son genre. En apparence, elle a en revanche décidé de porter des robes, du maquillage et une longue crinière rousse.

La jeune femme de 25 ans originaire de Laval poursuit des études en droit, à l’Université McGill. Après un bac, elle entame une maîtrise. Elle s’est rapidement spécialisée en bioéthique en se focalisant sur les politiques de santé transgenre.

Son sujet: “Sauver des vies trans avec un carnet de prescriptions: le paysage normatif de la prescription d’hormones par les médecins de famille”. Elle est supervisée par le doyen de la faculté de droit lui-même, Robert Leckey, un « superviseur exceptionnel », dit-elle.

Pour 2019-2020, elle sera auxiliaire juridique à la cour suprême pour la juge Sheilah Martin, et deviendra « possiblement la première personne ouvertement trans » à l’être.

En droit par hasard

Le doyen de la faculté de droit, Robert Leckey
Le doyen de la faculté de droit, Robert Leckey
« Je pourrais romancer une belle histoire pour expliquer pourquoi je suis allée en droit, mais ça ne s’est pas passé comme ça. J’étais en physique, et je n’aimais pas ça. Alors, je me suis dit que le droit, ça pourrait être intéressant. Aujourd’hui, j’ai une approche critique du droit », explique la jeune femme.

Passer le Barreau n’est pas à l’ordre du jour non plus, du moins pas pour l’instant. Celle qui se qualifie de transféminine ( une catégorie d’ensemble qui inclut les personnes trans assignés garçons à la naissance et qui ont une identité de genre plutôt féminine) a plutôt des aspirations universitaires : poursuivre vers un doctorat ou enseigner.

C’est depuis qu’elle a « transitionné », en troisième année de bac, qu’elle s’intéresse aux problématiques qui entourent les droits des personnes trans.

« Transitionner, pour une femme ou un homme trans c’est souvent faire son coming out, prendre des hormones selon le désir de la personne. Je suis quelqu’un de non binaire, c’est-à-dire que je ne suis pas attachée à un genre. Ma transition a consisté à m’identifier à la féminité même si on m’a assigné comme étant un homme à la naissance », précise Mme Ashley.

Le Québec en retard

La juge Sheilah Martin
La juge Sheilah Martin
Alors depuis, elle se rend compte à quel point « il y a encore plein de choses à faire au niveau législatif pour les personnes trans ». Surtout au Québec. « Le Québec est la seule province canadienne ou une personne qui n’est pas citoyenne ne peut pas changer le marqueur de genre de ses papiers d’identité ni son nom », explique la juriste.

De manière générale, elle estime que le Québec est en retard sur toutes ces questions. « Il y a un gros attachement à l’État civil au Québec et un manque d’intérêt au niveau législatif », dit-elle.

Elle illustre ses propos avec l’exemple des prisons provinciales : « il n’y a pas de politiques de placement au Québec, généralement, c’est fait en fonction des parties génitales. Vous me voyez, moi, aller dans une prison pour homme ? Quand tu es condamné et que tu es trans, tu es mieux d’avoir une peine de plus de deux ans pour aller dans une prison fédérale qui respecte le choix de genre ».

Une militante avant tout

Pour changer les choses et alerter la population à différents niveaux, elle milite. « D'ailleurs, je me considère d’abord comme une militante puis une universitaire », précise-t-elle.

La jeune femme est membre du Comité trans du Conseil québécois LGBT depuis 2016 et s’est impliquée dans la clinique juridique trans à McGill dont elle a été codirectrice. Désormais elle siège au conseil consultatif.

Faire cette maîtrise est devenue sa manière d’apporter une pierre à l’édifice. « Mes textes universitaires sont guidés par les besoins concrets de la population trans, je n’aime pas écrire sur des affaires théoriques », assure-t-elle.

L’un de ses textes sur la loi fédérale C16 (qui modifie la Loi canadienne sur les droits de la personne et le Code criminel) a d’ailleurs été publié dans le University of Toronto law journal.

Pour elle, le gouvernement pense encore — à tort — que les lois qui punissent les crimes haineux sont ce dont les transgenres ont besoin.

« C’est cute, mais ça ne sert à rien ». Le vrai problème, c’est surtout celui de l’accès à la justice. En effet, comment une personne trans pourrait faire valoir ses droits que lui donne la loi C16 s’il n’a pas d’avocat pour le défendre ?

Un vrai changement aura lieu lorsque les juristes auront appris de la réalité que vivent les gens trans et en les écoutant, croit-elle. « Il faut travailler avec les communautés trans pour représenter leur réalité et leur diversité », ajoute-t-elle.

Pour elle, l’un des gros problèmes réside dans le fait qu’il y a une grande distance entre le droit théorique et ce qui se passe sur le terrain.

Alors justement, Florence Ashley va sur le terrain. Récemment, elle a fait partie d’un panel lors d’une journée organisée par Juripop concernant l’accès à la justice pour les personnes marginalisées.
11028

4 commentaires

  1. Anon
    Me
    "Il est supervisé par le doyen de la faculté de droit lui-même, Robert Leckey, un « superviseur exceptionnel », dit-elle."

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a 5 ans
    Le vrai problème ?
    "Le vrai problème, c’est surtout celui de l’accès à la justice. En effet, comment un trans pourrait faire valoir ses droits que lui donne la loi C16 s’il n’a pas d’avocat pour le défendre ? Un vrai changement aura lieu lorsque les juristes auront appris de la réalité que vivent les trans ..."


    Au Québec les trans se font-ils refuser l'aide juridique parce qu'ils sont trans, ou parce qu'ils gagnent trop pour les seuils d'admissibilités?

    En abordant la question de l'accès à la justice pour ce qu'elle est, c'est à dire un problème qui touche les gens en fonction de leur moyens financiers et non en fonction de leur identité de genre, vous gagnerez en crédibilité, et gagnerez des appuis.

    En déchirant votre chemise (ou votre robe) comme si ce problème ne touchait que les trans, ou en ne vous intéressant qu'aux trans éprouvant des problème d'accès à la justice, vous passerez pour quelqu'un qui "tire la couverte de son bord" par intérêt communautaire, au détriment des besoins existant hors de votre communauté.

    Pour paraphrase Shakespeare, on pourrait exprimer ainsi cette dualité: "Milliter pour des progrès sociaux en faisant de l'Identity politic, ou en ne faisant pas d'Identity politic, tel est la question."



    p.s.: si votre place comme stagiaire à la Cour suprème vous a été attribuée sans que quiquonque ne joue la "trans-card", alors bravo, sinon, honte à la Cour suprème.

  3. Anonyme
    Anonyme
    il y a 5 ans
    Le SCFP a un dossier sur mesure pour vous, contre Air Canada !
    "Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) affirme que les politiques d'Air Canada sur les uniformes ou le maquillage sont discriminatoires envers les agentes et se fondent sur le sexe, l'orientation sexuelle et l'ethnicité."


    http://www.lapresse.ca/actualites/national/201803/08/01-5156639-harcelement-les-agents-de-bord-deposent-une-plainte-contre-air-canada.php

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 5 ans
      "Genre et ville" aussi a du potentiel !
      "« La ville est faite par et pour les hommes », soutient Pascale Lapalud, urbaniste. Avec la plateforme d’action et de recherche Genre et Ville, elle s’est donnée pour mission de réfléchir à la place accordée aux femmes dans l’espace urbain. Paris a, par exemple, souhaité confier au collectif Les MonumentalEs, dont Genre et Ville fait partie, le réaménagement des places de la Madeleine et du Panthéon."


      http://www.lemonde.fr/societe/video/2018/03/08/la-ville-est-faite-par-et-pour-les-hommes_5267465_3224.html?xtmc=lapalud&xtcr=1

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires