Nouvelles

Une somme colossale pour ses jambes broyées?

Main image

éric Martel

2018-07-27 14:30:00

Avoir mal avisé une femme par la suite impliquée dans un accident, la SVPM devra sortir son porte monnaie...

Me Arthur Weschler de Kugler Kandestin
Me Arthur Weschler de Kugler Kandestin
La Société du Vieux Port de Montréal (SVPM) risque de devoir verser plusieurs millions de dollars après avoir été déclarée majoritairement responsable d’un incident tragique dans lequel une jeune femme a perdu ses jambes.

La juge Marie-Claude Lalande a donné raison à la poursuivante représentée par Me Arthur Weschler et Me Jonathan Gottlieb de Kugler Kandestin ainsi que Me Michael Heller de Heller & associés, déterminant que la Société était responsable de 90% des dommages causés.

Me Gilbert Hourani ainsi que Me Marc-André McCann, avocats chez Robinson, Sheppard, Shapiro, défendaient la Société du Vieux Port de Montréal.

Arthur Weschler a indiqué à Droit-Inc s’attendre à ce que les dommages accordés à la victime soient de plusieurs millions de dollars.

Me Jonathan Gottlieb de Kugler Kandestin
Me Jonathan Gottlieb de Kugler Kandestin
« Vous ne pouvez pas imaginer le bonheur de ma cliente lorsqu’elle a pris connaissance du jugement. Au quotidien, les dommages obtenus changeront sa vie. »

Étant donné que la cause a été scindée en deux volets, les dommages que devra verser le SVPM à la victime seront déterminés lors d’une audience dont la date sera fixée ultérieurement.

La poursuite initiale visait également la compagnie ferroviaire Canadien National ainsi que le port de Montréal. Les deux organisations se sont finalement entendues avec la victime avant le procès.

Terrible accident

Me Gilbert Hourani de Robinson, Sheppard, Shapiro
Me Gilbert Hourani de Robinson, Sheppard, Shapiro
C’est en quittant la terrasse Bonsecours que Pritie Patel ainsi que ses trois amies ont réalisé qu’un train arrêté obstruait le passage de la sortie du Vieux-Port sur la rue Bonsecours. Les femmes tentaient alors de rejoindre leur automobile, stationnée sur la rue Commune.

Ne sachant pas quoi faire, les quatre femmes ont demandé conseil à un gardien du Vieux-Port. Il a indiqué ne pas savoir quand le train se mettrait en marche, conseillant aux jeunes femmes d’attendre ou d’escalader le train « à leurs propres risques ».

Au moment où Pritie Patel se trouvait entre deux wagons, le train s’est mis à avancer, ce qui lui a fait perdre l’équilibre.

La victime s’est retrouvée sous le train qui lui a broyé les jambes.

« Elle ne sera plus jamais capable de marcher ni de travailler. Elle passera sa vie en chaise roulante », explique Me Arthur Weschler.

Mal avisées

Me Marc-André McCann de Robinson, Sheppard, Shapiro
Me Marc-André McCann de Robinson, Sheppard, Shapiro
La juge Marie-Claude Lalande a déterminé que l’agent en fonction aurait dû avertir la femme des dangers qu’elle encourait en grimpant par dessus le train. Plutôt, le gardien est allé à l’encontre de la procédure, en demeurant dans son véhicule.

Il a été déterminé que Pritie Patel est responsable de 10% de l’incident, compte tenu « qu'une personne raisonnablement prudente n’aurait jamais enjambé l’attelage d’un train immobilisé même s’il bloquait l’accès public ».
9088

9 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 5 ans
    Les autres parties ont fait une entente hors cour....
    Tsé le vieil adage : un règlement vaut nmieux qu’un procès.. les autres parties doivent être bien contentes

    • YB
      Why bother?
      Pourquoi négocier quand RSS agi au dossier ? C'est presqu'une victoire assurée...

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 5 ans
      Il manquait votre signature...
      (s) un compétiteur de RSS frustré...

    • YB
      Mmh
      Si ça peut vous faire plaisir, je ne suis même pas compétiteur de RSS : je suis simplement quelqu'un qui lit couramment la jurisprudence en matière civile, et qui constate que plus souvent qu'autrement, RSS sert de vadrouille pour laver le plancher dans les litiges auxquels ce cabinet est partie.

    • Swiffer
      Swiffer
      il y a 5 ans
      Vadrouille?
      "et qui constate que plus souvent qu'autrement, RSS sert de vadrouille pour laver le plancher dans les litiges auxquels ce cabinet est partie."

      Votre rédaction gagnerait à ce qu'on y passe un petit coup de vadrouille. Très difficile de saisir ce que vous cherchez à exprimer. Avez-vous des statistiques à l'appui du principe de la vadrouille?

      p.s. Ceci dit, vous méritez un prix, lire couramment de la jurisprudence constitue un bel accomplissement.

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a 5 ans
    Rancoeur, quand tu ne tiens
    Vous êtes décidément marant. Pour qqun qui ne prétend que lire de la jurisprudence en matière civile, votre ton et les termes que vous utilisez sont empreints d'émotivité et démontrent une rancoeur certaine. Allez, quoi que vous ayez contre RSS, je vous souhaite de vous en remettre. Bonne vie!

  3. YB
    Aveuglement, quand tu nous tiens
    Dois-je nécessairement éprouver de la rancœur pour souligner la piètre qualité de la pratique d'un cabinet ? C'est la vérité, tout simplement. Je vous invite à faire une brève recherche CanLII et à vérifier par vous-même.

  4. YB
    lol
    Pourquoi êtes-vous aussi réactif à mon commentaire ? Est-ce trop pour vous de reconnaître que RSS perd plus de causes que d'autres cabinets en responsabilité civile ? Vous rappelez-vous de la raclée monumentale de l'affaire Zaccardo? Souligner ce fait vous effraie-t-il ? Pourquoi ?

  5. Stats Canada
    Stats Canada
    il y a 5 ans
    Urgent besoin de hobby
    Je dois dire, moi aussi, que quelqu'un qui lit "simplement"de la jurisprudence en matière civile et qui fait le décompte des causes gagnées et perdues par un cabinet, doit avoir une vie passablement ennuyeuse...

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires