Nouvelles

Monsieur le bâtonnier ?

Main image

Delphine Jung

2017-03-10 07:30:00

À 33 ans, il veut « révolutionner » le Barreau, lui donner plus de transparence et le raccrocher aux besoins des jeunes. Droit-inc s'est entretenu avec le 3e candidat au Bâtonnat...

Me Paul-Matthieu Grondin se qualifie comme « un petit gars de Québec »
Me Paul-Matthieu Grondin se qualifie comme « un petit gars de Québec »
Me Paul-Matthieu Grondin se qualifie comme « un petit gars de Québec » qui a étudié en région, à Sherbrooke, pour finalement pratiquer à Montréal, se spécialisant en droit du travail. « Côté employés », précise-t-il avec une certaine fierté.

Après avoir travaillé à la Chambre des Communes, puis à la commission d'enquête sur le processus de nomination des juges et à la commission Oliphant, il a créé son bureau, « ce qu’il avait toujours voulu faire ». Jeune candidat à l’élection du bâtonnat, Me Grondin compte réitérer l’exploit de Michel Robert dans les années 70 en devenant bâtonnier à 33 ans. Il se positionne comme un « révolutionnaire tranquille ».

Pourquoi voulez-vous vous présenter au bâtonnat ?

Après mon implication au conseil du Barreau de Montréal, au conseil des sections au conseil d’administration du Barreau du Québec, je considère en savoir assez pour dire que j’ai une vision d’avenir très différente de celle de la bâtonnière actuelle. On ne peut pas continuer comme ça. Je sens un détachement et même une indifférence de la part des membres actuels par rapport au Barreau. Il y a aussi des problématiques importantes, comme la situation des jeunes qui ne sont pas traitées de manière sérieuse, urgente ou prioritaire. C’est la base de mon implication.

Il faut donner la parole aux jeunes alors ?

On nous dit constamment que les jeunes sont capables de tout faire, moi je le crois. Notre génération est prête à prendre des postes d’importance.

Que reprochez-vous exactement à l’actuelle bâtonnière ?

Je ne lui reproche rien personnellement. Elle a près de 30 ans de pratique et elle a débuté à une époque où il y avait beaucoup moins d’avocats sur le marché. Au cours des 20 dernières années, le nombre d’avocats a augmenté de 98% et la population du Québec seulement de 15%. On se retrouve avec un gros problème d’emploi des jeunes et il faut s’en occuper. J’ai vécu cette réalité actuelle en ouvrant mon cabinet en 2008, au pire moment de la crise économique. Au Barreau, on surfe un peu sur une gloire passée de cette profession qui est importante et valorisante, mais ce n’est pas vrai qu’on a encore un revenu et un emploi garanti. Cette réalité, il faut en parler pour pouvoir la changer.

Parle-t-on d’une lutte intergénérationnelle ?

Le mot est très fort. Je pense que notre génération fait face à certains défis, je respecte la génération passée, je l’écoute beaucoup, mais je ne me gêne pas pour dire haut et fort ce qui devait être amélioré pour nous.

Il n’y a que ceux qui vivent cette situation qui peuvent bien en parler d’après vous ?

Bien sûr que non, mais quand on l’a vécue, c’est sûr qu’on est plus proche de la réalité. Le jeune Barreau de Montréal a décidé d’écouter les doléances des jeunes et de faire un rapport sérieux sur la situation. Nous avons mis ce problème à l’avant-scène, mais il reste encore beaucoup de choses à faire.

Ne pensez-vous pas que cette sorte de défiance va vous rapprocher des plus jeunes certes, mais aussi vous éloigner des plus vieux?

Non au contraire, les plus vieux me disent que j’ai raison d’y aller, que je dois foncer.

Vous proposez une baisse importante du salaire du bâtonnier, avez-vous un chiffre en tête ?

Je propose 95 000 $, qui est le salaire médian des avocats, comme point de départ des négociations pour sa valeur symbolique. Actuellement, le salaire du bâtonnier est de 314 000 $, ça n’a pas de sens pour moi, je n’en n’ai pas besoin. Beaucoup disent que c’est une goutte d’eau dans l’océan des finances du Barreau, dont les revenus annuels sont de 30 millions $, mais il faut prendre conscience de la valeur symbolique de ce montant-là.

Est-ce que cela veut dire que le travail du bâtonnier ne vaut pas 314 000 $ ?

Moi en tout cas, je n’ai pas besoin de ce salaire-là.

Une grosse indemnité de départ a été votée il y a peu, quelle était votre position là-dessus ?

Je ne peux pas révéler mon vote, mais je peux vous dire que je n’accepterai pas cette indemnité et je suis prêt à l’abolir dès mon entrée en poste.

Vous proposez de baisser les cotisations, pourquoi et de combien?

On a déjà voté des baisses et d’autres s’en viennent dès l’an prochain. Je ne veux pas promettre de chiffres précis, mais je veux tendre vers une baisse substantielle pour que les membres la ressentent dans leurs poches.

Pourquoi proposez-vous la formation continue gratuite ?

Le Barreau est le plus gros dispensateur de formation continue et nous avons des concurrents qui donnent des formations gratuites. Alors de plus en plus, les gens vont se tourner vers ces autres dispensateurs. On ne peut pas compter sur ces revenus à long terme. Il faut tendre vers la gratuité, même si cela implique moins d’événements grandioses et plus de formations vidéo.

Toutes ces baisses de revenus ne risquent pas d’appauvrir les ressources budgétaires du Barreau ?

On n’est pas une grosse machine, mais on pourrait être une plus petite machine…

Donc faire des économies… Mais sur quoi ?

Baisser les ressources humaines, arrêter de faire appel à certains consultants externes…

Toutes ces propositions ne sont-elles pas un peu populistes ?

Ça peut sonner comme ça, mais il faut en parler et je n’ai pas de problème pour le faire. Je ne pense pas qu’un seul candidat va faire sa campagne sur la hausse du salaire du bâtonnier ou des cotisations.

Que proposez-vous pour les jeunes ?

Par des changements réglementaires, on pourrait offrir des services plus abordables aux citoyens, ce qui permettrait l’ouverture d’un nouveau segment de marché pour les avocats qui sont trop nombreux en ce moment. Mais avant d’en arriver là, on doit devenir une vraie centrale d’information pour expliquer aux jeunes leurs réelles chances de décrocher un emploi.

Dans votre programme, vous proposez la création d’une organisation provinciale, c’est-à-dire ?

C’est une idée déjà dans l’air. Elle pourrait permettre au Barreau de se consacrer pleinement à sa mission première, celle de protéger le public. Une organisation pourrait alors s’occuper de l’intérêt des membres. Le Barreau ne peut pas la créer, mais il peut encourager cette création.

La profession d’avocat est plutôt hétérogène, pensez-vous qu’il est possible de tous les réunir en une seule organisation ?

On a tous la même formation, il n’y a pas de spécialité en droit théoriquement, comme les médecins par exemple, alors je pense que ça peut marcher, surtout si on fait plusieurs sections pour représenter différentes sortes d’avocats.

Y aura-t-il assez de volontaires selon vous ?

Il y a toujours des bénévoles. J’ai confiance dans les membres du Barreau.

Vous prôner une nouvelle ère de transparence, qu’est-ce que cela impliquerait ?

Il y a une déconnexion entre le CA et ses membres. Il en va d’une saine gestion de rendre public les procès verbaux, les votes, les résolutions. Idem pour les salaires de la direction générale. On devrait publier le plus d’informations possibles sur notre gestion. Le but, c’est que le Barreau ne soit pas vu comme ayant quelque chose à cacher.

Un ancien bâtonnier avait proposé d’imposer un moratoire pour que le Barreau ne parle plus à Droit-inc, qu’en pensez-vous ?

La réalité, c’est que Droit-inc est devenu un véhicule d’information incontournable, que les gens l’aiment ou pas. J’ai l’intention de traiter Droit-inc comme n’importe quel autre média.

Que comptez-vous faire pour améliorer l’accès à la justice ?

Il faut réformer notre justice civile pour que ce soit possible d’obtenir des jugements à moindres honoraires, car souvent, on rentre dans un niveau de détails beaucoup trop élevé. Si on acceptait qu’il y ait moins de détails, on aurait des jugements qui coûteraient moins chers. Il faut aussi faire pression sur le ministère de la Justice et le gouvernement pour qu’il y ait plus de juges. Il faut combattre la perception que tous les avocats sont trop chers.

Récemment, la CBC a dénoncé un certain laxisme du Barreau du Québec comparé au Barreau de l’Ontario, êtes-vous d’accord avec cela ?

Il faut combattre cette perception de manque de sévérité des sanctions et cela peut passer par des sanctions plus sévères. L’image qu’on donne au public est importante.

N’avez-vous pas l’impression que votre programme est un copié-collé de celui de Me Khuong ?

Les premières bribes de son programme qui ont été rendues publiques laissent penser qu’on a les mêmes idées, mais le sien n’est pas assez révolutionnaire. Il faut aller plus loin que ce qu’elle propose. Je propose une véritable révolution. Il est temps que notre génération prenne les devants. Mon ambition, ce n’est pas que les gens votent contre un candidat, mais pour un candidat.

Vous avez plusieurs fois parlé de « révolution », ce terme ne risque-t-il pas de faire peur ?

C’est la base de notre slogan. Je propose une sorte de révolution tranquille. « Révolution » car un changement s’impose, mais « tranquille », car il n’est pas nécessaire d’opposer les membres ou d’être trop tranchant sur des sujets qui demandent des nuances.

Qu’adviendra-t-il de votre cabinet ?

Je ne pratiquerai plus dans mon cabinet. Je mettrai mes dossiers en veilleuses. Mon équipe est prête pour cela.

Pour consulter le programme complet de Me Grondin, cliquez ici.
9172

23 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 7 ans
    Beau Contre-interrogatoire
    Me Grondin serait un bon client en contre-interrogatoire.

  2. Impressionnée
    Impressionnée
    il y a 7 ans
    Wow.
    Oui, je le veux.

    • Me
      Espoir
      J'espère sincèrement que nous serons suffisamment nombreux à voter pour Me Grondin afin d'écarter définitivement LCK du Barreau. Je rêve du jour où le fantôme LCK cessera d'hanter le Barreau.

  3. Lecteur attentif
    Lecteur attentif
    il y a 7 ans
    Son programme
    Les propositions de Me Grondin ont beaucoup de mérite quand on lit son programme. Je ne suis pas d'accord avec tout, mais côté idées, on ne peut pas dire que c'est du vent.

    Possible? Je sais pas.

    Audacieux? Sans aucun doute.

  4. Anonyme
    Anonyme
    il y a 7 ans
    Souhaitons lui bonne chance
    Quelle bouffée d'air frais Me Grondin...Moi aussi je le veux.

  5. Anonyme
    Anonyme
    il y a 7 ans
    Yawn
    'la situation des jeunes qui ne sont pas traitées de manière sérieuse, urgente ou prioritaire'

    "Que proposez-vous pour les jeunes ?

    Par des changements réglementaires, on pourrait offrir des services plus abordables aux citoyens, ce qui permettrait l’ouverture d’un nouveau segment de marché pour les avocats qui sont trop nombreux en ce moment. Mais avant d’en arriver là, on doit devenir une vraie centrale d’information pour expliquer aux jeunes leurs réelles chances de décrocher un emploi."

    Donc pas grand chose de concret sur cet enjeu qui pourtant est central à sa candidature. Encore un politicien...

    • Allez....
      Allez....
      il y a 7 ans
      Lire...
      Le rapport sur les jeunes et l'emploi du JBM et son programme. Visiblement, vous n'avez jamais parlé à Me Grondin et ne l'avez jamais vu en conférence.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 7 ans
      Je n'ai pas acheté le T-shirt non plus.
      Je me fie sur ce qui se trouve dans l'article. J'avais lu le rapport et n'avait pas été impressioné: des revendications diffciles/impossibles à mettre en place.

      Bonne chance avec vos fabulations!

  6. Anonyme
    Anonyme
    il y a 7 ans
    avocate
    Ce vent de fraicheur ne peut très certainement pas nuire à l'image du barreau et ne fera que confirmer au public que notre ordre professionnel n'est pas une question d'élitisme. Les questions posées ne sont pas teintées d'objectivisme de la part de Droit-Inc.

  7. Anonyme
    Anonyme
    il y a 7 ans
    avocate
    Je lui accorde mon vote puisqu'un vent de fraicheur ne peut très certainement pas nuire à notre profession. Les questions posées par Droit-Inc. sont quant à elles teintées de subjectivité.

  8. Anonyme
    Anonyme
    il y a 7 ans
    Plus de nuances que LCK
    Un vent de fraîcheur, capable de nuances.

  9. Oyoyoy
    Oyoyoy
    il y a 7 ans
    Nos honoraires
    J'aimerais qu'effectivement la perception change quant aux honoraires des avocats. Nous avons le dos large je trouve, alors que le système de justice est à l'abandon depuis plus de 30 ans.

    Pour moi le problème en est pas un d'honoraires, mais de volume à traiter annuellement, et cela passe par une réforme en profondeur du fonctionnement de la justice.

    Le but au final serait qu'en passant moins de temps sur un dossier dans un système judiciaire efficace, nous pourrions en prendre plus, et pour pouvoir en prendre plus, il faut que le public ait confiance de nouveau en nous À chaque année, le nombre de dossiers diminuent, il est là le vrai problème.

    Pour le moment, les solutions avancées, emphase sur la médiation, les honoraires forfaitaires, relèvent tous de la pensée magique. Au final, l'avocat qui faisait 80 000 va s'organiser pour faire encore le même salaire. Nous allons juste déplacer un problème. Parlez-en aux notaires qui sont encore embourbés dans ces fausses bonnes idées, et eux, ce fut carrément au détriment de leurs revenus. Connaissez-vous d'autres ordres qui encouragent aujourd'hui leurs membres à facturer plus cher?

    Le problème, c'est que plutôt d'opérer, on veut mettre des pansements...mais on ne guérit rien! Mais surtout, dans ces solutions, seuls les avocats doivent supporter tous les efforts.

    Pour moi, c'est inacceptable. C'est une dévalorisation de notre profession et nous en sentirons les effets de ces mauvaises décisions pour des décennies.

    Alors, je le répète, le problème ne concerne pas nos honoraires. Donnez nous un système de justice efficace, nous pourrons travailler plus rapidement à moindre coût, la confiance du public va revenir et le volume de dossiers va augmenter.

    Votez pour Oyoyoy!

    • Lou
      Oyoyoy
      Entièrement d'accord avec vous, serait-ce possible que les gens pensent à long terme et plus loin que les environs de leurs milieux?

      Merci Oyoyoy.

  10. Oyoyoy
    Oyoyoy
    il y a 7 ans
    Les jeunes
    C'est triste pour eux. Le problème, c'est que nous ignorons à quel point la problématique est ponctuelle ou enracinée.

    Il y a plusieurs solutions possibles, comme arrêter de donner les diplômes de droit. Honnêtement, sans méchanceté, mais ce sera méchant, ceux qui passent leur diplôme sur la ligne sont limites dangereux en pratique. Pourtant, ils veulent être traités sur un pied d'égalité.

    Mais même pour les meilleures têtes, lorsqu'ils sortent des bancs d'école, sans méchanceté, mais ce sera méchant, nous partons de loin. L'École du Barreau doit prendre sa part de responsabilités.

    Ce qui me permet une petite parenthèse. Nous ne formons plus des avocats, mais des techniciens du droit sans imagination et qui n'aiment pas les difficultés.

    Les jeunes n'aiment pas leur salaire? Pourtant, ils sont les premiers à se plaindre du fonctionnement des honoraires, des horaires de travail et du dévouement nécessaire. Il faut être conséquent! Déjà qu'ils doivent être formés sur 5 ans et que les clients n'aiment généralement pas avoir un jeune avocat sans expérience, tout cela a un impact, parce qu'au final, c'est bien triste pour eux, mais c'est le client qui paye.

    Le stage est la première carte de visite des jeunes. Qu'il l'utilise! Le problème, c'est que la perception qu'ils ont d'eux-mêmes et celle souvent qu'il laisse est très différente.

    Un bon salaire, ça se mérite. Un conseil aux jeunes: vous ne devez pas être juste bons, vous devez être indispensables, pour celui qui vous emploie, mais surtout pour votre client, parce qu'au final, c'est lui qui fera foi de tout.

    Il faudra m'expliquer plus en détail ce qu'on entend par changements réglementaires?

    Votez Oyoyoy!

  11. Oyoyoy
    Oyoyoy
    il y a 7 ans
    La formation continue
    J'ai de la difficulté avec la formation continue. Je ne comprends toujours pas sa pertinence.

    À mon humble perception qui ne l'est pas, les incompétents sont restés incompétents et les bonnes têtes sont restés des bonnes têtes.

    Compte tenu du coût important qu'impliquera la gratuité, il n'y aurait pas possibilité de mettre une petite enveloppe pour vérifier correctement le bien fondé de ces formations?

    Je n'irai pas plus loin, je ne maîtrise pas suffisamment le sujet et c'est la raison pour laquelle j'aimerais une évaluation indépendante de la question.

    Votez Oyoyoy!

  12. Oyoyoy
    Oyoyoy
    il y a 7 ans
    La création d'une association provinciale
    Est-ce que c'est réaliste?

    D'une part, bien que ce soit son mandat légal, pour moi, le Barreau, dans sa position, pris entre l'arbre et l'écorce, ne peut qu'attiser les frustrations, car avec des demi-mesures, autant le public que les membres n'y trouvent son compte. Il y a une gronde de fond des membres envers le Barreau, mais l'erreur vient de nous, ce n'est pas le rôle du Barreau de nous protéger. Mais en étant isolé, nous n'avons aucun impact et nous sommes tous là à rêver d'un bâtonnier sauveur...

    D'autre part, la pratique est tellement diversifiée, j'ai de la difficulté à concevoir une association qui saura répondre aux besoins de la totalité de ses membres, d'autant plus qu'il y a tellement de sujets problématiques avec encore plus d'opinions divergentes sur chacune d'elle.

    Matière à réflexion.

    Votez Oyoyoy!

  13. Oyoyoy
    Oyoyoy
    il y a 7 ans
    Autres sujets non traités
    Un comité déontologique préventif formel:

    S'il y a un sujet il me semble qui est autant dans l'intérêt du public que de ses membres, c'est bien la création d'un vrai Comité de déontologie préventif.

    Qu'est-ce qu'on attend?

    Les opinions juridiques du Barreau:

    Pour moi, c'est inconcevable qu'un ordre professionnel, composé d'avocats dont leur travail consiste, entre autres choses, à contester les lois édictées, viennent nous donner leur opinion sur la place publique.

    Cette pratique doit être arrêtée, ou à tout le moins, la totalité des membres devraient avoir le droit de voter sur chacune de ces opinions.

    Votez Oyoyoy!

  14. Je vote Grondin
    Je vote Grondin
    il y a 7 ans
    C'est décidé
    Je n'en connais pas assez pour me prononcer sur les enjeux, mais il répond toujours de façon courtoise, posée et pertinente dans sa campagne sur les médias sociaux. Chapeau confrère.

  15. Je vote Grondin
    Je vote Grondin
    il y a 7 ans
    C'est décidé
    Je n'en connais pas assez sur les enjeux pour me prononcer, mais il répond toujours de façon courtoise, posée et pertinente dans sa campagne sur les médias sociaux. Chapeau confrère.

  16. Avocat disons... moins jeune
    Avocat disons... moins jeune
    il y a 7 ans
    Message
    Ai vu aller Me Grondin depuis 3-4 ans. Des vraies convictions. m'est d'avis qu'il n'aura pas juste le vote des jeunes

  17. DSG
    I like it
    This guy's best quality is that he is not Lu Chan. Even though I never vote, I encourage others to vote for him. Let's pull together to make the Barreau free of petty crimes.

  18. Jeune
    Jeune
    il y a 7 ans
    Bravo!!
    Enfin quelqu'un qui parle des vrais enjeux!! Me Grondin me semble être quelqu'un qui va VÉRITABLEMENT changer les choses au sein de l'institution vétuste qu'est devenu le Barreau.

    Continuez votre beau travail Me Grondin, vous avez mon vote et j'espère que vous serez élu!

  19. Bien d'accord
    Bien d'accord
    il y a 7 ans
    Le programme
    Programme est bien écrit! Il y a des propositions moins précises que d'autres, mais comme disait quelqu'un ici, c'est audacieux.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires