Nouvelles

Un nouveau cabinet qui révolutionne l’accès au droit

Main image

éric Martel

2018-09-05 15:00:00

Un premier cabinet au Québec à offrir un financement auprès d’une institution financière pour ses services!

Me Marc-Antoine Cloutier
Me Marc-Antoine Cloutier
Me Marc-Antoine Cloutier, cofondateur de Juripop, et Me Claude Boulanger font l’acquisition du bureau de Deveau Avocats de Brossard, dont ils étaient déjà actionnaires, et ils lancent simultanément leur nouveau cabinet: Trivium Avocats.

Me Félix-Antoine Dumais-Michaud se joint à eux dans la création de ce nouveau cabinet qui se veut révolutionnaire dans sa manière de financer leurs services juridiques dans les domaines du droit civil et commercial, corporatif, travail, familial, agricole, ainsi que municipal et public.

C’est que Trivium Avocats lance un programme en collaboration avec Desjardins afin d'offrir à sa clientèle, que ce soit des PME ou des particuliers, la possibilité de financer leur recours avec Accord D en répartissant leurs paiements sur plusieurs mois.

Les clients auront la possibilité de répartir, sans intérêt, les paiements sur 15 mois ou encore avec un taux d’intérêt très raisonnable, soit dans les 6%. L’équipe, qui appartenait par le passé à la succursale de Brossard de la firme Deveau, lancée en 2015 par Me Boulanger et Me Cloutier notamment, ont complètement été acquis par Trivium Avocats. Les sept avocats déjà en place conserveront tous leurs comptes, leurs clients, et leurs travaux en cours et continueront de contribuer aux recours collectifs. De nouvelles têtes s’ajouteront à l’équipe. « Nous sommes particulièrement fiers que les 14 employés, dont les 7 avocats de notre équipe, aient renouvelé leur confiance en nous », a dit Me Cloutier.

Deux ans de négos avec Desjardins

Me Félix-Antoine Dumais-Michaud
Me Félix-Antoine Dumais-Michaud
Me Marc-Antoine Cloutier, explique à Droit-inc que l’idée d’un tel modèle d’affaires lui est venue lors d’une séance de magasinage.

« Je me suis dit: s’il est possible de financer l’achat de biens de consommation ordinaires, pourquoi ne pas offrir aux gens de le faire pour une chose aussi importante que des services juridiques. »

Il a donc étudié le succès de cabinets basés aux États-Unis et en Europe offrant du financement à leur clientèle afin de planifier l’entrée de son cabinet. Il a rapidement réalisé qu’il serait le premier au Québec à offrir un service de la sorte.

Il a négocié pendant deux ans avec Desjardins.

« Dans le domaine du droit, dit-il, le Québec est toujours un peu en retard sur d’autres endroits dans le monde. C’était à nous de faire preuve d’innovation et d’amener l’idée ici. »

Le modèle d’affaires a instantanément plu à son ami de longue date et nouvel associé , Me Félix-Antoine Dumais-Michaud, pour qui l’accès au droit pour tous est extrêmement important.

« Près de 80% des gens se représentent seuls. C’est aux cabinets de faire des efforts afin que cette situation change. »

Compte tenu de l’importance des frais juridiques, plusieurs PME et particuliers peinent à débourser les sommes nécessaires pour se prémunir de ces services.

Un autre enjeu limitant l’accès au droit à ces acteurs est l’imprévisibilité des frais encourus par l’obtention de services juridiques. Me Dumais-Michaud, qui a déjà représenté l’AGEFLESH, assure que Trivium a trouvé une manière d’offrir à ses clients la possibilité d’estimer avec précision les frais de leurs services.

« Nous offrons une planification du coût de nos services par plafond et par budget. On veut que les clients n’aient pas de mauvaises surprises », dit Me Dumais-Michaud.

En offrant des forfaits selon diverses modalités en partenariat avec Accord D, Trivium ouvre donc le bal en devenant le premier cabinet à agir de la sorte.

Ses fondateurs ne sont pas naïfs: ils savent qu’au cours des prochaines années, voire des prochains mois, d’autres cabinets emboiteront le pas. Une éventualité qui ne les inquiète pas du tout…

« Nous sommes dans un domaine compétitif, donc on doit s’attendre à être copié. Au final, c’est la clientèle qui en bénéficiera, puisque l’accès au droit lui sera facilité » se réjouit Me Dumais-Michaud.

Partenariat avec Deveau Avocats

Me Claude Boulanger
Me Claude Boulanger
Trivium et Deveau Avocats ont également conclu un partenariat afin que la clientèle de chacun puisse compter sur l'appui et les compétences de l'ensemble des avocats des deux cabinets, ainsi que d'être en mesure de desservir leur clientèle à partir des bureaux de Brossard, Laval, Rosemère, Saint-Jérôme, Gatineau, Maniwaki, et Îles-de-la-Madeleine.

« Nous sommes heureux d'avoir pu conclure une telle alliance stratégique afin de bâtir ensemble l'un des plus importants regroupements d'avocats et de professionnels au Québec », dit Me Marc Tremblay, associé principal de Deveau Avocats. « Pour notre clientèle et les professionnels des deux cabinets, les services et la collaboration actuelle se poursuivra sans changement bien qu'à partir d'entités professionnelles et administratives différentes ».

Conséquemment, Trivium prendra en main les dossiers de recours collectifs et d'injonctions contre Uber et le gouvernement du Québec, ainsi que les recours collectifs de l'autoroute 13, contre la Fédération des inventeurs ainsi que contre Postes Canada auparavant menés par Deveau.
16117

8 commentaires

  1. DSG
    Made au Quebec
    Perfect solution for Quebec justice seekers. Not only do they face a very low probability of ever getting any form of compensation from our bogged down and inefficient justice system, it will now cost them an additional 6% in Accord D fees to throw away their money. But hey, imagine all the bonus dollars you'll accumulate in the next five years while going through pointless court proceedings and waiting for a trial date.

    For those who don't have a sufficient credit rating to obtain a credit card there's always legal aid.

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a 5 ans
    La Révolution?
    C'est un financement via une institution financière? Ok...

    • Avocate
      Avocate
      il y a 5 ans
      Bien d'accord!
      Rien de révolutionnaire là-dedans!

      Juste un bel exemple de marchandisation des services juridiques. Je ne suis pas du tout convaincue que ce sera à l'avantage des justiciables de s'endetter ainsi... Et c'est Desjardins qui va s'en mettre plein les poches au bout du compte.

      Cette initiative ne garantit en rien d'avoir accès à des services juridiques à un prix raisonnable (ce qui est le veritable enjeu de l'accès à la justice), mais ça permet plutôt d'étaler les paiements sur 15 mois.

      Est-ce que Me Cloutier va avoir une ristourne sur les dossiers qui seront financés pas Desjardins?

  3. Felipe
    Felipe
    il y a 5 ans
    Poisson
    Sommes-nous le 1er avril?

  4. Me Frileux
    Me Frileux
    il y a 5 ans
    Frileux
    Les avocats sont trop frileux pour financer le litige de leurs clients.

    Ceux qui ne sont pas frileux prennent des causes à pourcentage. Tout ça en espérant être payé dans 2 à 5 ans et que notre client ne règle pas hors cour sans nous!

  5. Anonyme
    Anonyme
    il y a 5 ans
    à ce compte
    À toutes les fois que j'achète des meubles, je constate que le magasin a révolutionner le processus en permettant de payer sur 24 versements sans intérêts.

    À toutes les fois que j'achète ou loue une voiture, je constate la révolution etc etc etc.

    Venez chez Latronche Avocats. Payez vos honoraires en 24 versements sans intérêts. Et obtenez sans frais additionnels un téléviseur 60pouces 4K HD.

    Nous en sommes venus à un bas consumerisme dans notre profession...

  6. Anonyme
    Anonyme
    il y a 5 ans
    Me B
    Faux! Je connais au moins un autre cabinet au Québec (et doit y en avoir d’autres) qui offre du financement auprès d’institution financière pour des services juridiques. Rien d’innovateur ici.

  7. G.L.
    faites des recherches...
    ...car ce n'est pas le seul cabinet effectivement à offrir un tel service. Sans doute rare encore, mais pas le seul, ça c'est certain !

    Certe, ce cabinet a peut-être débuté les démarches auprès de Desjardins, mais d'autres avocats, sans même connaître l'existence des démarches de Trivium, ont eu cette idée concernant le financement Accord D et ont obtenu la permission du Barreau au cours de l'été 2018.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires