Nouvelles

Un stagiaire sur cinq victime de discrimination

Main image

Jean-francois Parent

2018-01-29 10:30:00

Un sondage force le Barreau ontarien à revoir les règles de conduite des avocats.

Le bâtonnier ontarien Paul Schabas
Le bâtonnier ontarien Paul Schabas
Un récent coup de sonde auprès de quelque 1400 avocats stagiaires d’Ontario révèle que le quotidien de plusieurs d'entre eux est fait de harcèlement, d'inconduite et de discrimination.

Ainsi, parmi les stagiaires qui ont complété leur stage l'an dernier, 21 % ont déclaré avoir « des commentaires désobligeants ou des actes déplacés par rapport à leur apparence physique », peut-on lire dans les pages de la Gazette du Barreau de l'Ontario.

« Le problème du harcèlement et de l'inconduite n'est pas confiné au cinéma ou à la politique. Il est partout », observe le bâtonnier ontarien Paul Schabas.

Le genre, l'orientation sexuelle, la culture ou un handicap ont donc été la cible de propos ou de comportements perçus comme offensants par les nouveaux avocats, selon une étude réalisée pour le compte du Barreau de l'Ontario.

Mené en juin dernier auprès de plus de 5000 stagiaires issus des fac de droit ontariennes, le sondage s'inscrit dans le cadre d'une révision des conditions d'assermentation des nouveaux juristes de cette province. Un tiers ont répondu au sondage.

Le comité sur l'équité du Barreau de l'Ontario avait planché sur un rapport détaillant les défis auxquels faisaient face les jeunes avocats. Ce qu'on y a trouvé—que les avocates, et les juristes issus des minorités font face à de la discrimination—a incité ce comité à sonder les assujettis sur la question.

En entrevue au magazine Canadian Lawyer, le président du comité sur l'équité Paul Saguil soutient ainsi que les nouveaux avocats racialisés font face à d'importants obstacles professionnels. Les résultats du sondage ne l'ont donc pas surpris.

Paul Saguil, président du comité sur l'équité
Paul Saguil, président du comité sur l'équité
Les stagiaires « sont redevables à leur (maître de stage), qui détermine si le candidat est bon pour l'assermentation. Il n'est donc pas surprenant que plusieurs vivent des choses qui leur déplaisent, mais qu'ils endurent parce qu'ils veulent être admis au barreau ».

Le comité de réglementation professionnelle du Barreau ontarien, en réponse aux résultats du sondage, dit revoir les articles du Code de déontologie des avocats qui s'attaquent à la discrimination et au harcèlement afin de faire les mises à jour nécessaires.

Quant au sondage, le Barreau de l'Ontario explique que les données ne sont pas totalement représentatives de l'expérience réelle de tous les stagiaires, puisque le taux de réponse de 28 % peut signifier que les réponses reflètent un biais parmi les répondants.

Il reste que les réponses, prises dans leur contexte, « sont une source d'information qui n'existait pas et qui de laquelle on peut tirer des enseignements », précisent les analystes du sondage.
6397

1 commentaire

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    #Believethearticlingstudent
    "perçus comme offensants"


    Vu la doxa actuelle (perception de la rétalité = réalité selon une norme objective raisonnable), la pratique juridique promet d'être excitante dans 10 ans.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires